Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le MRTT, un Airbus civil reconverti en avion ravitailleur

Hassan Meddah , , ,

Publié le , mis à jour le 02/04/2014 À 07H49

Vidéo Après Singapour, c’est au tour du Qatar d’être séduit par le ravitalleur d’Airbus MRTT. Son succès repose en large partie sur ses ailes qui font office de larges réservoirs, libérant la capacité de chargement interne pour transporter les troupes ou du fret.

Le MRTT, un Airbus civil reconverti en avion ravitailleur © airbus-group.com

La Qatar vient de passer commande pour deux ravitailleurs militaires d’Airbus, l’A330 MRTT. Cela porte à 34 le nombre de commandes totales de la part de l’Australie, l'Arabie Saoudite, Singapour, les Emirats Arabes Unis et le Royaume Uni. La moitié des appareils est déjà en service. Pour sa part, la France a exprimé une intention de commandes entre 12 ou 14 appareils avec une première livraison en 2017. L'Inde est également en négociation avec Airbus Military.

111 tonnes de carburant

Ces appareils sont dérivés des long-courriers civils, les A330-200 d’Airbus assemblés à Toulouse comme les autres appareils de cette famille. Il a été choisi comme base pour les ravitailleurs grâce à la grande capacité de ses ailes qui font office de larges réservoirs. Au point que la structure de l’appareil ne doit pas être modifiée pour intégrer des réservoirs supplémentaires. Au total, grâce à leur 139 m3 de volume, les ailes du MRTT peuvent ainsi embarquer 111 tonnes de carburant. Grâce à ses perches et ses nacelles de ravitaillement, il peut alimenter en carburant aussi bien des avions de combats (Rafale, F16 et F18…) que des avions de plus grande envergure type A400M ou Awacs. Avec ses ailes faisant office de réservoirs, l’avion conserve toute sa capacité de chargement et fait office d’avion de transport.

 

Vidéo réalisée par Aeronews TV, première web-TV consacrée à l'aéronautique

Polyvalence

L’A330 MRTT peut accueillir jusqu’à 300 soldats ou déplacer 45 tonnes de fret. Cette polyvalence lui a permis de gagner les principaux appels d’offres auxquels l’A300 MRTT a participé depuis son lancement excepté celui du Pentagone en février 2011 pour environ 180 appareils. Il s’est incliné devant l’avion de Boeing, le KC-46, dérivé lui aussi d’un appareil civil, le Boeing 767.

Assemblés dans leur version civile à Toulouse, les appareils sont reconvertis en ravitailleur militaire à l’usine de Getafe dans la banlieue nord de Madrid, en Espagne. La modification de l'appareil comporte quatre étapes majeures: l'agrandissement du cockpit pour intégrer le poste du ravitailleur et installer l'avionique militaire qui n’existe pas dans la version civile, l'installation des systèmes de ravitaillement dont une perche capable de débiter 4600 litres/min à l'arrière de l'appareil et des nacelles débitant 1600 litres/min au niveau des ailes, l'aménagement de la cabine pour recevoir soit des militaires soit du fret et l’installation d’équipements militaires (communications, radars, système d’auto-défense…).

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle