Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Le moratoire nucléaire allemand, une bonne affaire pour la France

Publié le

Une étude publiée mardi estime à 360 millions d'euros les bénéfices pour la France suite à la fermeture de huit centrales nucléaires en Allemagne.

Le moratoire nucléaire allemand, une bonne affaire pour la France © ClicGauche - Wikipedia - C.C.

Les Allemands ont augmenté leurs importations d'électricité, et la France en profite. Sur neuf mois, le cabinet SIA Conseil estime que la décision d'Angela Merkel a rapporté 360 millions d'euros à la France.

Le moratoire décrété par le gouvernement sur le nucléaire a poussé l'Allemagne à "combler sa baisse de production en activant principalement ses moyens thermiques, réduire massivement ses exportations et devenir importateur sur certaines frontières", rappelle l'étude.

La France "a répondu à très court terme au besoin allemand en passant d'une situation importatrice à exportatrice sur leur frontière commune". Cette réactivité a été rendue possible par une forte disponibilité des réacteurs français et une faible consommation intérieure lié à un climat doux.

Le cabinet estime qu'au final "les consommateurs européens vont devoir payer la note" de la sortie allemande du nucléaire. L'Allemagne va devoir investir lourdement dans le démantèlement de ses réacteurs et les énergies renouvelables. Le prix du CO2 va donc augmenter, ce qui aura un impact à l'échelle européenne en raison de l'intégration grandissante des marchés nationaux de l'électricité et du CO2.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/02/2012 - 15h53 -

Le "rapport" de Sia Conseil est une nouvelle fois un chefr d'oeuvre de mauvaise foi pronucléaire : - les données utilisées excluent arbitrairement les périodes d'hiver au cours desquelles c'est la France qui importe massivement depuis l'Allemagne, y compris depuis la fermeture de 8 réacteurs allemands. - Sia Conseil "oublie" que l'Allemagne n'importe que le courant électrique et que les déchets nucléaires produits simultanément restent à la charge de la France ; - Sia Conseil tente de réduire le débat à une question purement comptable, pour essayer de faire oublier que c'est la menace d'une catastrophe nucléaire qui est au coeur du problème ;
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle