Le moral des ménages et des industriels reste bas en mai

Le moral remonte très légèrement, laissant les indicateurs proches de leur plus bas historique, selon les enquêtes mensuelles de conjoncture publiées mercredi 27 mai par l'Insee.

Partager

« Toujours un niveau très bas ». Pour l'Insee, le moral des industriels, qui a grimpé d'un point en mai par rapport à avril à 72 points, reste bien inférieur aux chiffres enregistrés avant la crise. L'indicateur reste très proche de son plus bas historique atteint en mars. Les chefs d'entreprise interrogés en mai par l'Insee constatent le maintien d'une conjoncture industrielle dégradée.
Dans le détail, le repli du secteur automobile s'est accentué (de -70 en avril à -90 en mai), alors que les activités de la construction navale, aéronautique et ferroviaire se sont un peu moins dégradées sur cette période. Seule la branche agroalimentaire connaît une amélioration retrouvant un niveau stable.

Dans l'industrie manufacturière, les stocks de produits finis diminuent et la chute de l'activité est moins importante. Dans l'automobile, par exemple, les stocks sont désormais jugés normaux. Mais les carnets de commandes globaux et étrangers ont rechuté par rapport au mois d'avril pour atteindre des niveaux parmi les plus bas sur les douze derniers mois (-70 et -71). « L'activité industrielle est très faible mais stabilisée. Un rebond technique est possible dès septembre pour reconstituer les stocks. Mais le niveau des carnets de commande écarte tout espoir de reprise forte », explique Nicolas Bouzou d'Asterès. Seul fait nouveau : les chefs d'entreprises ont estimé en mai que la baisse de leur activité passée s'était un peu atténuée, les perspectives générales ayant légèrement grimpé.

-40 points pour les ménages
La tendance est stricto sensu la même pour les ménages. Leur moral passe de - 41 points en avril à - 40 points en mai. Un niveau meilleur que le plancher historique atteint en juillet 2008 à -47 points, mais un niveau encore très bas.

L'enquête de l'Insee pointe le fait que les ménages ont une opinion plus favorable sur l'évolution future du niveau de vie en France, l'indicateur gagnant trois points en un mois, à -51 points. Ils jugent aussi avoir plus d'opportunités de faire des achats importants en mai qu'en avril, grâce à une amélioration des perspectives d'évolution de leur situation financière et du niveau de vie. Une information qui vient confirmer la résistance de la consommation de ménages qui a augmenté de 0,7% en avril, principalement grâce à l'effet prime à la casse.

Sortie de crise ?
Alexander Law, analyste chez Xerfi, n'exclut pourtant pas un futur décrochage de la consommation début 2010, du fait des salaires qui devraient nettement ralentir et de la hausse du chômage. En effet, selon l'Unedic, l'année 2009 pourrait compter 639 000 chômeurs supplémentaires en 2009. Une crainte qu'expriment les ménages interrogés dans l'enquête Insee. Le solde sur l'évolution du chômage progresse de cinq points pour atteindre son plus haut depuis 1987, date de création de l'enquête.

Pourtant, Christine Lagarde, ministre de l'Economie, voit dans les chiffres de l'Insee en avril et mai le signe que « les agents économiques reprennent leurs repères et que l'économie française est entrée en phase de convalescence ». Une position que ne paraît pas partager Alexander Law, qui précise que « les indices restent très sensiblement inférieurs à leur niveau de long terme, ce qui nous signale qu'il serait bien trop hâtif d'espérer une sortie de récession dès ce deuxième trimestre ».

Barbara Leblanc

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS