Le moral des ménages au plus bas en mars

Partager

Les Français continuent de broyer du noir. L'indicateur résumé de l'opinion des ménages, en données corrigées des variations saisonnières, s'est encore dégradé en mars, reculant d'un point à -36, alors qu'en février il était resté stable à -35. Il tombe à son niveau le plus bas depuis que l'Insee a commencé à le mesurer en janvier 1987, de quoi alimenter les inquiétudes sur la consommation cette année. Il faut remonter au mois de mai 2007, au moment de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, pour trouver trace d'une amélioration du solde qui était alors remonté à -13.

"Visiblement, les discours volontiers rassurants de Bercy sur la santé de l'économie française ne convainquent plus grand monde", note Alexander Law, chef économiste au cabinet de recherche Xerfi. Alors qu'on nous confirme aujourd'hui que le déficit public s'est établi à 2,7% du PIB en 2007, soit 0,3 point de plus que ce qui avait été promis il y a quelques mois, voilà que le moral des ménages poursuit sa spirale infernale", ajoute-t-il.

Réticence pour les gros achats

Pour Nicolas Bouzou, chez Asterès, la déprime des Français risque de se répercuter sur leurs dépenses et priver ainsi la croissance d'un de ses principaux moteurs. "On n'a pas toujours observé dans le passé de corrélation entre l'indice de confiance des ménages et les comportements en matière de consommation. Il y a néanmoins aujourd'hui danger parce que (...) le niveau de confiance est historiquement bas", juge-t-il. Il y a possibilité d'une remontée du taux d'épargne au cours des prochains mois, remontée qui se traduirait dans les faits par un freinage des dépenses et un moindre recours au crédit", ajoute-t-il.

Si les ménages interrogés en mars se sont montrés un peu moins pessimistes concernant les perspectives d'évolution du niveau de vie en France ou de leurs finances personnelles, leur opinion sur l'évolution passée s'est encore dégradée. Plus inquiétant selon les économistes, le solde mesurant l'opportunité de faire des achats importants a reculé de deux points à -28.

"L'indice décrivant la volonté des ménages de faire des achats importants subit un effondrement de 24 points depuis juillet dernier. En d'autres termes, après avoir résisté tant bien que mal, la consommation des ménages devrait désormais souffrir nettement", estime Marc Touati chez Global Equities.

Carmela Riposa, avec Reuters

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS