Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le montant de l'indemnité pour Vinci après l'abandon de NDDL n'est pas encore fixée, selon le gouvernement

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/01/2018 À 07H18

Christophe Castaner, ministre des Relations avec le parlement, a contesté mercredi 17 janvier le montant de 350 millions d'euros évoqué pour l'indemnisation de Vinci en raison de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le montant de l'indemnité pour Vinci après l'abandon de NDDL n'est pas encore fixée, selon le gouvernement
Christophe Castaner, ministre des Relations avec le parlement, a contesté le montant de 350 millions d'euros évoqué pour l'indemnisation de Vinci en raison de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. /Photo prise le 22 novembre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer
© PHILIPPE WOJAZER

"Les 350 millions (...) n'ont aucune base légale", a déclaré mercredi 17 janvier Christophe Castaner, le ministre des Relations avec le parlement et délégué général de La République en marche sur BFMTV. "Il y aura une discussion avec Vinci qui a un contrat et nous trouverons une solution avec Vinci dans le respect du droit", a-t-il ajouté.

Cette intervention a été faite après que le Premier ministre Edouard Philippe a refermé ce dossier de plus de 50 ans en annonçant l'abandon du projet controversé et l'évacuation des occupants illégaux de la zone d'ici "au printemps".

Retrouvez notre dossier : Pour Notre-Dame-des-Landes, c'est la fin

Après l'officialisation de cette décision, le groupe Vinci a déclaré qu'il se tenait "à la disposition de l'Etat". Vinci avait signé fin 2010 un contrat de 55 ans couvrant l'exploitation des aéroports existants Nantes-Atlantique et Saint-Nazaire-Montoir, la construction du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes et le transfert vers celui-ci de la plateforme Nantes-Atlantique.

L'un des trois médiateurs nommés par le gouvernement dans ce dossier estimait fin décembre dans le journal Le Monde qu'en cas d'abandon, le concessionnaire pourrait être indemnisé jusqu'à hauteur de 350 millions d'euros.

En Bourse, l'action Vinci cède 0,1% en milieu d'après-midi, moins que l'indice CAC 40 (-0,38%).

Pour Reuters, Elizabeth Pineau et Gilles Guillaume

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle