« Le Mondial 2010, le salon de la relance de l’industrie automobile » (Thierry Hesse)

A quelques jours de l’ouverture du Mondial de l’auto, qui se déroulera à Paris du 2 au 17 octobre, Thierry Hesse, commissaire général du salon, a répondu aux questions d’usinenouvelle.com.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

« Le Mondial 2010, le salon de la relance de l’industrie automobile » (Thierry Hesse)

Comment appréhendez-vous le Mondial 2010 ?

Très bien. Le calendrier est avec nous. En 2008, nous avons souffert car c’était le début de la crise automobile mondiale, qui a affecté tous les salons suivants aussi. Cette année, le Mondial est vu par tous les constructeurs et analystes comme le salon de la relance de l’industrie automobile. Pour preuve, tous les grands seront présents pour lancer environ une centaine de nouveautés, sans compter les surprises que prévoient certains d’entre eux. Pour comparer, en 2008, nous n’avions eu que 80 lancements.

Quelle sera l’innovation majeure du Mondial 2010 ?

Sans hésitation : les énergies vertes. Nous avons réservé 13 000 m2 pour ce secteur. C’est un record jamais atteint ! Rien à voir avec les quelque 200 m2 du salon de Genève par exemple. Constructeurs, fournisseurs d’énergie, ministères et collectivités locales seront présents pour expliquer comment vont fonctionner les véhicules propres et les infrastructures qui iront avec. Nous voulons accompagner les lancements des constructeurs avec un espace d’apprentissage et de tests. Car ils ont désormais une responsabilité envers les citoyens quant au fonctionnement des véhicules propres.

Les constructeurs français ont-ils une place particulière au Mondial ?

C’est avant tout le salon de l’industrie automobile française. Donc oui. Il est logique que le Mondial corresponde à leur demande. Pour autant, nous répondons aux sollicitations des constructeurs étrangers, qui nous demandent telle surface d’exposition, tel emplacement. Depuis 2000, nous avons allongé la durée du salon et élargi les allées pour mieux les accueillir. Pour eux, le Mondial est une véritable vitrine avec plus de 13 000 médias.

Qu’est ce qui fait la particularité du Mondial ?


Déjà, c’est le plus ancien salon, qui a été lancé en 1898. Cela a permis de développer un certain nombre d’atouts. C’est le salon du rêve, avec encore cette année, de fabuleux concepts cars. Ensuite, il y a l’image de Paris, ville lumière, l’une des plus célèbres du monde. Enfin, il y a l’envie des constructeurs d’entrer ou de se renforcer sur le marché français.

Justement, les constructeurs asiatiques et chinois seront-ils présents ?

Non. A cela deux facteurs explicatifs selon moi. Ils n’ont pour l’instant pas de réseau en France ou en Europe, et surtout ils s’y sont pris trop tard pour déposer leurs demandes. Ils ne seront donc présents qu’indirectement, par l’intermédiaire des entreprises européennes qu’ils ont racheté, à l’instar de Volvo. Mais cette tendance va changer. Ils seront évidemment présents en 2012 et en 2014.

Le Mondial a lieu tous les deux ans, en alternance avec celui de Francfort. Songez-vous à revenir sur ce rythme ?

Non, c’est très bien ainsi. Cela laisse le temps aux constructeurs d’établir des budgets et des investissements pour présenter des nouveautés à chaque édition. Et puis, cela permet aussi au Mondial de rester un rendez-vous incontournable.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS