Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le monde du transport voit son avenir en rose et en Chine

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

Le cabinet d’avocats Norton Rose Fulbright a publié une étude sur le secteur du transport. L’optimisme reste de rigueur surtout en regardant vers l’Asie, assurent ses auteurs.

Le monde du transport voit son avenir en rose et en Chine © DR

Qui a dit que le secteur du transport était morose ? "The way ahead", la cinquième édition de l’étude mondiale du cabinet d’avocats Norton Rose Fulbright, montre que les professionnels du transport jugent les conditions actuelles favorables à leur activité et près de la moitié d’entre eux (47 %) voient même de nouveaux débouchés dans un futur à court et moyen terme.

Les plus optimistes sont même les acteurs du secteur ferroviaire (81 %), devant l’aéronautique (75 %). Selon cette étude réalisée en décembre 2013 et janvier 2014 auprès de plus de 800 professionnels (industriels, financiers, exploitants) des secteurs aérien, ferroviaire et maritime, mais dévoilée à la presse française tout récemment, il n’y a pas de surprise majeure quant à l’attractivité géographique.

Dans les deux à cinq prochaines années, estiment 30% des sondés, c’est la Chine qui offre le plus de perspectives intéressantes. Le pays recueillait 40% des suffrages en 2010. La cote de l’Europe de l’Ouest reste stable (27 % au lieu de 26 %). Par contre, le transport a perdu confiance dans l’Inde (12 % au lieu de 31 %) et, dans une moindre mesure, le Brésil (16% au lieu de 22 %). La bonne image des Bric est cassée…

Le maritime, secteur inégalement porteur

"Le maritime est un secteur porteur, comme en témoignent les opérations de grande envergure de Bourbon avec les commandes de navires pour l’offshore. La construction, hormis pour les paquebots, est concentrée en Chine, Corée et Japon, précise Christine Ezcutari, associée chez Norton Rose Fulbright et avocate au barreau de Paris. Mais certains marchés vont très mal comme le vrac et les banques sont très frileuses pour apporter des financements, notamment aux petits armateurs".

Le secteur aérien est encore plus porteur. "30 000 commandes d’avions sont attendues d’ici 2030, dont un bon tiers en Asie", prévoit George Paterson, associé du cabinet et avocat au barreau de Paris. Et la concurrence chinoise ne devrait pas entamer la bonne marche des deux leaders, Airbus et Boeing, avant une dizaine d‘années".

En matière d’investissements, les secteurs aérien et maritime devraient faire la part belle aux équipements supplémentaires et au développement de nouveaux marchés. Dans le ferroviaire, c’est dans les infrastructures que les investissements devraient se concentrer. Un préalable avant d’acheter des trains…

Olivier Cognasse

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle