Le modèle européen vu par le prix Nobel Paul Krugman : « ça fonctionne ! »

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le modèle européen vu par le prix Nobel Paul Krugman : « ça fonctionne ! »

Force est de l’admettre, l’auto flagellation est un exercice dans lequel nombre de Français se complaisent. Autre constat, à l’image de nos plus hauts représentants, nombre d’entrepreneurs ont les yeux rivés vers les Etats-Unis, haut lieu de l’entrepreneuriat. Et pourtant. Pour la seconde fois en peu de temps, la presse américaine fait l’éloge de la France et de l’Europe. Souvenez-vous, la semaine dernière, le magazine « International Living » classait notre pays en tête de liste de ceux où il fait bon vivre. Devant l’Australie, la Suisse et l’Allemagne. Trois pays européens dans le quarté, ce n’est pas si mal.

Cette semaine, c’est le prix Nobel d’économie, Paul Krugman qui intervient dans les colonnes du New York Times pour vanter les mérites du modèle économique européen. Un éditorial pour défendre le modèle social prôné par Obama. Selon le prix Nobel, « L’Europe est un succès économique, et ce succès prouve que la sociale-démocratie fonctionne. »

Quels sont ses arguments ? Pas celui du PIB. Depuis les années 80 le PIB américain a cru de 3 % par an en moyenne, contre 2,2% par an pour l’Europe des 15 rappelle Paul Krugman. A contrario, dans les nouvelles technologies, le prix Nobel d’économie souligne que malgré le ratage du train par l’Europe dans les années 90, cette dernière se rattrape, en particulier dans le haut débit, plus rapide et moins cher qu’aux Etats-Unis.

Sur le front de l’emploi, l’Amérique fait mieux. Ou presque. Tous comme aux Etats-Unis, 80% des adultes entre 25 -54 ans avaient en 2008 un emploi dans l’Europe des 15 (dont 83% en France). Mais pour l’économiste, faire travailler les plus jeunes est-il vraiment une bonne chose ? La question est posée.

Mieux : sur le plan de la productivité, les européens travaillent moins d’heures, mais la productivité française ou allemande est similaire à la productivité américaine…

Pour Paul Krugman, les difficultés économiques sont actuellement les mêmes en Europe et aux Etats-Unis. Mais à bien y regarder, sur le long terme l’économie européenne fonctionne, croît et, même, est dynamique…

Donc le dogme économique prévalent outre-atlantique, selon lequel les taxes et les charges induites par la protection sociale en Europe devraient couler son économie, relève de l’idée reçue.
Certes les taxes sont plus élevées en Europe, de 36 à 44% du PIB selon les pays, contre 28% aux Etats-Unis, mais avec une couverture sociale bien plus étendue qu’outre Atlantique. Pour Paul Krugman, l’Europe prouve que la « justice sociale et le progrès peuvent aller de pair. »

D'après vous, cette posture ultra Keynesienne est-elle toujours d’actualité ?

Fabrice Frossard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS