Technos et Innovations

Le mobile Youtube (et Facebook) viendra d'Irlande

, , ,

Publié le

Même votre grand-mère pourra faire du montage vidéo en direct sur son téléphone portable. C'est en substance la promesse de la start-up irlandaise Movidia, soutenue par le capital-risqueur français Emertec.

Le mobile Youtube (et Facebook) viendra d'Irlande

« Nous voulons des téléphones Facebook, nous voulons des téléphones Youtube ! » Telle est formulée par Bernard Maître, président du directoire d'Emertec Gestion, la demande des utilisateurs de téléphones portables d'aujourd'hui. Avec son microprocesseur, la société irlandaise Movidia financée par Emertec 4 répond au rêve de tout blogueur qui se respecte... et des trois quarts de la planète.

Le principe est simple : jusque-là, pour mixer de la musique, jouer à des jeux 3D ou monter votre vidéo captée par votre appareil mobile, vous aviez  besoin d'un ordinateur avant de pouvoir les publier sur votre blog ou de l'envoyer par mail. Avec le MA1110 de Movidia, l'appareil mobile fera  cela en temps réel et mettra un banc de montage video dans votre poche : match de foot, mariages, vacances, fêtes, peuvent être filmés, montés, et partagés instantanément sur Facebook, Youtube et autres réseaux sociaux où que vous soyez.

« Toute une génération d'utilisateurs de téléphones portables attend ça » répète Bernard Maître. Un domaine appelé 'UGC' pour User-Generated Content c'est-à-dire contenu généré par l'utilisateur. « Les téléphones qui embarqueront la technologie Movidia vous permettront de faire un ralenti sur images en quelques secondes. » se réjouit-il. Des fonctions web 2.0 mises à emporter. « Il s'agit d'usages du PC transférés sur le mobile. »

Un téléphone qui ne fera plus qu'incidemment de la téléphonie

Si la révolution ne semble pas évidente au premier abord, elle existe pourtant. « Aujourd'hui le mobile est un bazar noir » vulgarise Bernard Maître. Pourquoi donc ?  « Il a été pensé comme un téléphone. » Bigre, cela semble pourtant logique. « A ce téléphone, on a rajouté un GPS, une radio, un appareil photo...»  En d'autres termes, aujourd'hui le téléphone portable est un puzzle : autour de la puce mémoire on ont été mis des cœurs différents, dédiés.  L'idée de Movidia : « prendre la même architecture qu'un PC, en utilisant une mémoire qui peut être répartie sur tous les cœurs ». Et ce avec des microprocesseurs très puissants.





«C'est la rupture dans l'approche de la solution qui est remarquable» , appuie Jean-Philippe Gendre, membre d'Emertec gestion et spécialiste des semi-conducteurs et des technologies de l'information. «Jusqu'à présent, les ingénieurs ont développé des petits circuits électroniques indépendants, ajoutés les uns aux autres. Movidia a tout effacé, et dessiné une plateforme avec une grande puissance de traitement et une grande flexibilité.» L'architecture devient en effet programmable : dans la main, vous avez un PC. «On parle de la vidéo, mais il sera facile de développer n'importe quelle nouvelle application» explique-t-il.

« A terme, le mobile deviendra un terminal Internet : il passera sous protocole IP. Et fera incidemment de la téléphonie. »  résume Bernard Maître. C'est donc là que se situe toute la révolution. Les usages que nous réservons aujourd'hui à nos PC seront transférés sur nos mobiles.  « Le téléphone portable est aujourd'hui devenu la plateforme de référence. » souligne-t-il. 

« Le téléphone portable est aujourd'hui devenu la plateforme de référence. »

Et c'est tant mieux pour toutes les catégories de population pour qui souris, PC et autres complications du logiciel windows de nos ordinateurs constituaient une barrière culturelle ou économique  trop élevée pour y avoir accès.  Ainsi, tandis que l'ordinateur est encore une denrée rare en Afrique, où l'on se bouscule dans les cybercafés, le téléphone portable se répand dans les campagnes et sert souvent de terminal de paiement.

Une réalité que rappelait déjà le président du directoire d'Emertec dans un article qu'il intitulait avec humour « Quand trois papis font de la résistance ». « Le PC est une machine qui ne marche pas très bien. La barre d'entrée est très élevée : 70% de la planète n'y a pas intellectuellement accès. Et c'est le plus mauvais terminal de l'Internet qu'on puisse imaginer » explique-t-il. A la différence des PC, les consoles de jeux et le téléphone mobile sont faciles à appréhender par tout type de population, enfants très petits et personnes âgées.

Outre ce PC réinventé par le mobile de demain, deux autres papis font de la résistance nous dit Bernard Maître : le réseau téléphonique commuté, et le protocole IP. Un protocole qui avait été inventé pour des usages militaires lors de la guerre du Vietnam,  avant d'être pris en main par des étudiants hippies de l'université de Berkeley en Californie, se plaît-il à rappeler.

Energie économisée. Movidia précise par ailleurs que le nouveau processeur multimédia n'est pas gourmand en énergie. « C'est un huitième de la puissance d'un cell d'IBM pour 400 fois moins de consommation », précise Jean-Philippe Gendre. Outre la puissance en effet, la consommation est une donnée clé : « Rien ne sert d'avoir un téléphone portable puissant si vous videz la batterie en quelques secondes » explique-t-il.

Marché mondialisé. Premier tour de table pour la start-up irlandaise : 10,5 millions d'euros. Il lui faudra néanmoins entre 30 et 50 millions d'euros pour trouver une visibilité mondiale. Le marché pour ce mobile 2.0 est immédiatement global : la société est basée à Dublin, où est hebergée l'équipe dédiée au hardware, mais elle compte un bureau commercial à Hong Kong, et d'autres bureaux en Roumanie concernant le software, pour un total d'une cinquantaine d'employés. « Les clients son en Asie», explique Jean-Philippe Gendre : les bureaux de Hong Kong sont au coeur de ce marché. Les contributeurs constituent aussi un joyeux melting-pot : Emertec  est français,  Celtic House canadien, CapitalE est belge...


Planétaire, le marché est aussi en pleine explosion. A la fin de 2008, on estime le nombre d'abonnés au téléphone mobile dans le monde à 4 milliards et les ventes d'appareils mobiles ont dépassé 304 millions d'unités au deuxième trimestre de 2008.

Le MA1110 a été présenté lors du salon de Barcelone (Mobile World Congress) le 14 et 15 février et sera disponible, en échantillon, pour les fabricants de téléphones mobiles pendant l'été 2009. La production industrielle débutera quant à elle à la fin de l'année 2009.

Ana Lutzky

Lire aussi :
Hydrogène, algues et mobiles : la révolution passe par Emertec 4

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte