Electronique

Le mobile retrouve les sommets. Airbus veut améliorer sa rentabilité. Les opérateurs du câble et des télécoms alertent l'ART. OGM, la récolte 2004 compromise...

, , , ,

Publié le

Le mobile retrouve les sommets. Les ventes mondiales de téléphones mobiles filent vers les 500 millions d'unités d'ici à la fin de l'année. Les achats, dopés par les nouveautés et la demande des marchés émergents, ont explosé au troisième trimestre, atteignant 133 millions d'appareils et progressant de 22 % par rapport à 2002, indique Les Echos. Le finlandais Nokia est toujours leader mondial, mais il se fait grignoter des parts de marchés par l'allemand Siemens et les coréens Samsung et LG. L'américain Motorola régresse également.

Airbus veut améliorer sa rentabilité. L'avionneur européen compte sur une reprise du marché dès 2005, et se dit prêt à livrer 300 appareils par an sur les deux prochaines années, rapporte Les Echos. Pour autant, Noël Forgeard, le président d'Airbus, annonce 1,5 milliard d'euros d'économies, lors du salon de Dubaï, afin d'atteindre 10 % de rentabilité à l'orée 2006. Il prévoit une réduction des cycles de productions et du volume des stocks.

Les opérateurs du câble et des télécoms alertent l'ART. Après la promesse du ministre de l'économie d'alléger les contrôles sur les tarifs de France Télécom, les challengers, opérateurs du câble, du mobile ou du fixe sont entrés en ébullition, observe Les Echos. Dans une lettre ouverte au gouvernement et à l'autorité de régulation, Noos, Cegetel, LDCom ou Tele2, entre autre, demande que la télévision sur ADSL n'échappe pas à tout contrôle, afin de ne pas étouffer la concurrence.

OGM, la récolte 2004 compromise. Les experts du comité permanent pour l'agroalimentaire n'ont pas autorisé le maïs transgénique de Syngenta, repoussant de fait la levée du moratoire institué depuis 1999. Le dossier va échoir au niveau du conseil des ministres européens, remarquent Les Echos et La Tribune. Si celui-ci ne prend pas de décision, ce qui semble probable vu les nombreux désaccords, ce sera la Commission elle même qui tranchera en dernier recours. 28 demandes d'autorisations ont été déposées au total concernant principalement des produits destinés au bétail.

Le dollar est de nouveau à son plus bas niveau. Le billet vert a chuté devant les principales monnaies, il s'échangeait hier à 1,22 contre un euro, note La Tribune.
Ce dernier s'est apprécié de 18 % depuis le début de l'année. Les exportateurs européens s'inquiètent de leurs marges et des pertes de chiffre d'affaires, tandis que les actifs achetés aux Etats-unis pourraient voir leur valeur dépréciée. L'autre danger est que l'épargne étrangère se détourne du marché américain et ne finance plus les déficits historiques de l'administration Bush.

Rhodia boucle son refinancement. Le chimiste français a rallié huit banques, représentant 80 % de sa dette financière, souligne La Tribune. Le dispositif présenté hier comporte un prêt syndiqué en deux tranches, de 700 millions d'euros. Il est soumis à plusieurs engagements, notamment des cessions d'actifs du même montant, d'ici à la fin 2004, ainsi qu'une augmentation de capital de 300 millions d'euros. Aventis, principal actionnaire, devrait participer au renforcement des fonds propres au prorata de sa participation.

Parmalat s'enfonce dans la crise. Le groupe agroalimentaire italien est plombé par une dette de 6 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires de 7,6 milliards. Le spécialiste des produits laitiers devait récupérer près de 600 millions de dollars en liquidant un investissement dans un fond offshore, rapportent le Wall street et le Financial Times. Mais le recouvrement n'a pas eu lieu entamant sérieusement la crédibilité financière de l'entreprise et provoquant la suspension de la cotation.

ConocoPhillips remporte un contrat au Qatar. Après ses concurrents Royal Dutch/Shell et Sasol, le pétrolier américain vient de signer un contrat avec le gouvernement qatari pour construire une usine de GTL (gas to liquids), selon le Financial Times. Ce petit pays du golfe persique posséde les troisièmes réserves mondiales de gaz. L'investissement de 5 milliards de dollars, devra fournir 160 000 barrils par jour de carburant diesel, très propre, fabriqué à partir du gaz naturel.

Didier RAGU

A demain

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte