L'Usine Energie

Le MIT tire les leçons de Fukushima

Publié le

Le Massachusetts Institute of Technology a étudié l’accident de la centrale japonaise. Ses chercheurs estiment que la catastrophe ne doit pas mettre fin à l’exploitation du nucléaire civil.

Le MIT tire les leçons de Fukushima © Tepco

Le Nuclear Science and Engineering (NSE), l’un des départements du Massachusetts Institute of Technology (MIT), publie un rapport complet sur l’accident de Fukushima. Selon les neuf auteurs, la situation dans la centrale japonaise a été aggravée par les retards pris dans l’activation de valves de sûreté, l’injection d’eau dans les cœurs des réacteurs et la ventilation des bâtiments de confinement.

Pour autant, les chercheurs américains ne pointent pas du doigt une erreur humaine ou la lenteur de la chaîne de décision. Ils estiment que les employés de la compagnie d’électricité Tepco, qui exploitait la centrale, ont fait de leur mieux, compte tenu des destructions et de la quantité de débris.

Pour ce qui est des mesures à prendre, le NSE indique que les générateurs de secours doivent être entreposés en deux lieux séparés. L’un en hauteur pour éviter des inondations, l’autre en profondeur pour se prémunir de crash d’avion. Les auteurs préconisent également que les bâtiments réacteurs soient séparés par des parkings ou des bâtiments supports afin de se protéger d’effets dominos. Enfin, ils invitent à individualiser les systèmes de ventilation afin que la production d’hydrogène d’un cœur ne puisse pas entraîner l’explosion d’un autre bâtiment comme ce fut le cas au Japon.

Le rapport critique, par ailleurs, les décisions de certains gouvernements qui ont décidé d’annuler ou de retarder des projets de réacteurs. "La radioactivité disséminée a été importante et certains travailleurs ont reçu des doses significatives mais les risques sanitaires pour eux et la population générale devraient être négligeables. En réalité, aucun mort n’est survenu ou n’est attendu des suites de l’accident", explique Jacopo Buongiorno, l’auteur principal du rapport. Il ajoute : "les plus importantes conséquences pour la santé proviennent de l’évacuation prolongée." Partisan de continuer l’exploitation du nucléaire civil, Jacopo Buongiorno assure : "Si vous avez un accident de voiture, vous n’arrêtez pas de conduire, mais vous en tirez des leçons. Dans ce cas, l’accident correspond à un arbre qui serait tombé sur la voiture. La voiture n’y est pour rien." Le MIT, avocat du nucléaire et des autorités japonaises ?

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

25/08/2011 - 10h13 -

A part les déchets ultimes qu'il faudrait expédier dans le soleil (tout du moins pour certains d'entre eux) les centrales actuelles et, plus encore futures, sont au regard des durées d'utilisation d'une fiabilité exceptionnelle. L'énergie qui a été, est et sera fournie atteint une gigantesque ampleur. La peur est mauvaise conseillère...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte