Le missile M51 de la Marine nationale explose en vol lors d'un tir d'essai

Le missile balistique stratégique M51 s'est échoué le 5 mai au large du Finistère après un tir du sous-marin nucléaire lanceur d'engins "Le Vigilant". Un tel échec représenterait un coût d'au moins 120 millions d'euros pour l'Armée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le missile M51 de la Marine nationale explose en vol lors d'un tir d'essai

Actualisation : le coût de 120 millions d'euros aurait été le même en cas de réussite, le missile étant détruit systématiquement à la fin du tir.

L'échec du tir d'essai du missile balistique stratégique M51 a été confirmé par la Direction générale de l'armement (DGA) et la Marine nationale dans un communiqué en fin de journée le 5 mai.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le tir d'essai du missile, sans charge nucléaire, a été entrepris vers 9h30 à partir du sous-marin nucléaire lanceur d'engin (SNLE) "Le Vigilant", depuis la baie d'Audierne, dans le Finistère.

Comme l'annonce l'Armée, "le missile a été détruit peu après son décollage, au-dessus de l'océan, dans une zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne".

Le missile M51, conçu pour remplacer à terme le M45, mesurant 12 mètres et pesant au maximum 56 tonnes, est doté de six têtes nucléaires. Il est développé par Astrium, la filiale spatiale du groupe européen EADS. Selon plusieurs médias, l'échec du tir de 5 mai a un coût non négligeable pour l'armée, chaque missile valant environ 120 millions d'euros, développement inclus.

Une enquête devra déterminer les raisons de cet échec, a commenté hier l'officier de la communication maritime Lionel Delort sur BFMTV.


Explosion Missile M51 dans le Finistère

5 Commentaires

Le missile M51 de la Marine nationale explose en vol lors d'un tir d'essai

pirate
06/05/2013 09h:17

Echec ou succès, le coût de ce tir est le même. Le missile aurait été détruit 10 minutes plus tard maximum. Même réussi, ce tir aurait eu de toute façon un coût non négligeable.

Réagir à ce commentaire
Elodie Vallerey
06/05/2013 09h:35

Merci pour cette précision, ajoutée à l'article. Cordialement, EV.

Réagir à ce commentaire
rasto
06/05/2013 12h:11

Oui, il ne faut pas oublier que le Vigilant sort d'IPER (indisponibilité périodique pour entretien et réparation, ndlr) pour adaptation du M51, donc le tir va surement être retenté pour qualifier la chose, alors que s'il avait fonctionné, 1 tir aurait suffit et non pas 2. Donc il y a bien une perte de 120 M€ d'euros...

Réagir à ce commentaire
mulot
07/05/2013 09h:19

Cela me rappelle le bug du vol 501 (cela ne s’invente pas) d'Ariane 5, qui a aussi explosé en vol. Le programmeur est sans doute un polytechnicien sûr de son fait qui a écrit, ou repris bêtement quelques lignes de code, hâtivement, sans les tester intensivement, et sans prévoir un résultat aberrant. Cela pourrait être dû à un simple problème d’implémentation d'une formule mathématique, à base de sinus, de cosinus et d’arc tangente pour générer un ordre erroné. Avec par exemple une erreur d’azimut de 180 ° à cause du erreur de quadrant.

Réagir à ce commentaire
1 citoyen parmi d´autres
07/05/2013 23h:42

L'échec d'un essai est toujours très relatif. Certes, il est toujours beaucoup plus intéressant de réussir du premier coup et cela coûté moins, mais dans ce cas là, n'est-ce pas de l'argent perdu tout aussi... Car pourquoi faire un essai si tout marche du premier coup et quel est le besoin?
Tout faire pour éviter les échecs est une démarche nécessaire, cela n'implique pas que des erreurs n'aient pu être commise, c'est bien là le besoin d'un essai.

L'échec n'est-il pas avant tout de ne pas apprendre d'une erreur ou de la reproduire? Sinus ou pas...

Réagir à ce commentaire
5 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS