Le ministère du Travail a refusé la demande de chômage partiel d’Amazon

Amazon accumule les difficultés en France. La justice française a déjà contraint le groupe américain à restreindre ses activités pendant la crise du Covid-19. Le ministère du Travail a en outre rejeté une demande de chômage partiel de l'entreprise le 4 mai.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le ministère du Travail a refusé la demande de chômage partiel d’Amazon
Le géant américain du commerce en ligne Amazon compte six centres de distribution en France avec 10 000 salariés. /Photo prise le 22 avril 2020/REUTERS/Pascal Rossignol

Le ministère du Travail a confirmé lundi 4 mai avoir refusé une demande de chômage partiel d’Amazon pour six de ses sites en France. La demande a été refusée car la fermeture des entrepôts concernés est la conséquence d’une décision de justice et non d’une baisse d’activité, précise-t-il.

Une démarche condamnée par les syndicats

L'intersyndicale (CFDT, CGT, FO, SUD) a condamné la démarche de l'entreprise en la qualifiant de "proprement indécente". "Ce dispositif a été mis en place pour venir en aide aux salariés des entreprises dont l'activité est rendue impossible dans la période, comme la restauration ou les commerces non-essentiels", estiment les organisations dans un communiqué.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Plus encore, Amazon a fait le choix de fermer temporairement ses entrepôts depuis le 16 avril dernier tout en poursuivant son activité depuis ceux européens pour mieux se soustraire à deux décisions de justice successives", condamnent les syndicats.

Amazon prolonge encore la fermeture des sites français

Le géant américain du commerce en ligne a été contraint par la justice française de restreindre ses activités en raison de la pandémie de Covid-19. Amazon veut prolonger encore une fois la fermeture de ses entrepôts en France jusqu'au vendredi 8 mai inclus, a annoncé lundi 4 mai l'entreprise.

Le tribunal judiciaire de Nanterre a sommé Amazon le 14 avril de restreindre son activité aux produits essentiels et de procéder à une évaluation des risques professionnels pesant sur les salariés du groupe en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus. Ce jugement a été confirmé en appel.

Face à ces décisions de justice, Amazon a décidé de fermer ses entrepôts en France et la prolongation de cette fermeture sera à l'ordre du jour d'une réunion prévue mardi 5 mai du Comité social et économique (CSE) de l'entreprise, a dit le groupe.

Avec Reuters (Matthieu Rosemain et Bertrand Boucey, édité par Jean-Philippe Lefief)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS