Le mince espoir de sauver les satellites Galileo 

Les experts de l’agence spatiale européenne cherchent un moyen de ramener les satellites sur leur bonne trajectoire notamment en puisant dans leurs réserves de carburant.

Partager
Le mince espoir de sauver les satellites Galileo 

Les satellites Galileo placés sur une mauvaise orbite sont-ils définitivement perdus ? Les deux satellites, lancés vendredi 22 août par une fusée Soyouz, sont en effet sur une mauvaise orbite, environ 4000 km plus bas que l’orbite visée. La mission de les repositionner paraît impossible mais les ingénieurs européens veulent toujours y croire. Au centre de contrôle des opérations spatiales de l’agence spatiale européenne (ESA), située à Darmstadt en Allemagne, plusieurs dizaines d’ingénieurs renforcés par des experts du Cnes et d’OHB, le fabricant allemand des satellites, y travaillent. Cependant les chances d’aboutir restent minces. Rapidement après l’échec du lancement, Jean Yves Legall, le patron du Cnes et coordinateur interministériel pour la France du programme Galileo, n’avait pas caché que ce serait "compliqué" de rattraper la situation.

Le mince espoir réside dans le carburant emporté par chaque satellite. "Les satellites embarquent 70 Kg de carburant (de l’hydrazine, ndlr). Une partie de ce carburant pourrait être consommé pour ramener le satellite sur sa bonne trajectoire", explique-t-on du côté de l’ESA. Toutefois ce carburant est nécessaire pour assurer les 12 années de fonctionnement de la mission durant lesquelles le satellite doit opérer des mouvements pour se replacer et s’orienter correctement. Toute ponction dans les réserves de carburant réduira la durée de vie du satellite. "Reste donc à savoir si le jeu en vaut la chandelle", explique-t-on à l’ESA. Autre scénario possible pour tenter de reduire la casse: reconvertir la mission des satellites en mission scientifique notamment du fait de la charge utile dont une horloge atomique.

Une perte sèche de 135 millions d'euros

Par ailleurs, l’agence spatiale européenne a confirmé que ses satellites n’étaient pas assurés. Plutôt que de verser une prime d’assurance, l’agence a préféré faire fabriquer des satellites de secours. Ainsi, la constellation Galileo prévoit dès l’origine 24 satellites pour être opérationnelle et 6 satellites supplémentaires de secours, d’où une forme d’auto assurance, précise-t-on à l’ESA.

Si l’échec était confirmé, ce serait donc une perte sèche de l’ordre de 135 millions d’euros pour l’agence spatiale. Fabriqués en série par la société allemande OHB, les satellites coûtent à l’unité environ 35 millions d’euros. Il faut ajouter à cela la facturation du lancement, soit environ 70 millions d’euros pour une fusée Soyouz. Malgré cet échec, l’agence européenne envisage toutefois de s’appuyer d’une constellation de 30 satellites pour offrir ses services de radionavigation. Elle espère conserver son calendrier et de disposer de 24 satellites opérationnels en 2017, et 30 en 2020.

Hassan Meddah

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS