Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le méthaniseur Agrimaine mobilise 110 agriculteurs et 25 millions d’euros

, , , ,

Publié le

Agrimaine, la future unité de méthanisation prévue à Charchigné (Mayenne), sera dédiée à la production d’électricité tandis que la chaleur sera valorisée au profit d’une fromagerie de Lactalis. 110 agriculteurs se joignent à ce projet qui nécessitera un investissement de 25 millions d'euros.

Le méthaniseur Agrimaine mobilise 110 agriculteurs et 25 millions d’euros © D.R.

Agrimaine, l’un des plus importants projets de méthanisation porté par des agriculteurs, se concrétise après neuf années d’un difficile accouchement. Les travaux de l’unité à Charchigné (Mayenne) vont démarrer pour une mise en service progressive à compter de l’été 2019. L’investissement s’élève à 25 millions d’euros, financé principalement par le fonds Meridiam RCF aux côtés de 110 agriculteurs. Ces derniers détiendront 60 % d'une société ad hoc, AB2M.

La future usine, dont l’exploitation est confiée à Idex Environnement, disposera d’une puissance de 3,6 MW et d’une capacité de traitement de 125 000 tonnes d'intrants par an, composées à 90 % d'effluents d'élevages et à 10 % de déchets divers (pailles, céréales, etc). Deux moteurs valoriseront le biogaz en électricité à hauteur de 30 000 MWh/an (l'équivalent de plus de 6 000 foyers) tandis que la chaleur produite approvisionnera l’industriel voisin, la Fromagère de Charchigné (450 salariés), filiale de Lactalis qui fabrique de l’emmental. Le process s'appuiera sur une technologie de type voie humide développée par le constructeur autrichien Biogest.

Intervenant habituellement sur des projets d’infrastructures, Meridiam a lancé en 2016 un fonds dédié au financement de la transition énergétique et Agrimaine constitue sa première opération dans la méthanisation. Agrimaine traitera environ 15 % des 1 000 tonnes d’effluents par an que génère en moyenne chaque ferme. Le digestat qui sera étendu sur les terres aura une meilleure efficacité organique que le traditionnel fumier et permettra pour chacune d’entre elles d’économiser 3 à 8 tonnes d’engrais par an.

Jacques Le Brigand

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus