Le Mediator mis en cause par le milieu médical dès 1977

30 ans avant les révélations d'Irène Frachon en 2008, les doutes concernant le Mediator étaient déjà nombreux. C’est ce que révèle le Nouvel Observateur le 9 septembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Mediator mis en cause par le milieu médical dès 1977

C’est la revue du syndicat de la médecine générale, "Pratiques ou les cahiers de la médecine utopique", qui en 1977 publie un article de trois pages sur une pilule alors inconnue, appelée Mediator. A l’époque le groupe Servier la définit "comme un nouveau traitement contre le diabète, qui lui a demandé plus de dix ans de recherche", dans le document publié par le Nouvel Observateur.

Mais selon les rédacteurs de la revue, le produit ne serait pas si nouveau. Il serait un "dérivé de l’amphétamine et un dérivé d’un autre produit de son laboratoire, l’anorexigène Pondéral". Une composition qui en ferait donc un coupe-faim et non un simple antidiabétique. Or, c’est justement cet argument que le groupe nie actuellement.

La revue revenait déjà sur les complications sanitaires que le Mediator pourrait avoir sur la santé des patients. Selon eux, il fallait "prévenir les médecins que le Mediator était une amphétamine et un coupe-faim, pour mieux pouvoir surveiller les réactions des malades notamment". Pour eux, l’objectif du laboratoire, qu’ils qualifient de "champion de la promotion médicale", est avant tout de bien vivre.

Si bien qu’ils avaient aussi remis en question la valeur thérapeutique du médicament. D’après eux, les généralistes "ne disposaient pas d’éléments nécessaires" pour savoir si le Mediator est efficace ou non.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS