Le Medef s’attaque aux emplois perdus

Le Medef met en place un observatoire des compétences pour que les entreprises ne butent plus sur des difficultés à recruter, alors que 3 millions de chômeurs cherchent un emploi.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Medef s’attaque aux emplois perdus

Au dernier trimestre 2012, sur 28 % d’entreprises qui souhaitaient embaucher, 4% y ont renoncé, ce qui représenterait 112 000 emplois perdus selon des calculs du Medef… Avec la première vague de résultats de son tout nouvel observatoire, baptisé Tendance emploi compétence (TEC), l’organisation patronale peut s’attaquer à une de ses vieilles marottes : "l’inadéquation entre les besoins formulés par les entreprises en terme d’emplois, recrutements, compétences, et la situation de nombreux demandeurs d’emploi", selon Laurence Parisot, présidente du Medef, qui fustige "cette offre et cette demande qui ne se rencontrent pas".

Si un tiers de ces abandons sont dus à la conjoncture, deux tiers s’expliquent par des difficultés à trouver le candidat disposant des bonnes compétences, aussi bien techniques que de "savoir être". A ces emplois que n’ont pas pu saisir les 3 millions et quelque de chômeurs actuels, s’ajoutent, selon les calculs du Medef, les 252 000 recrutements qui se sont faits dans la douleur pour 7% des employeurs. Pour la moitié d’entre eux, il a fallu recourir à la formation interne ou à un contrat court ou en alternance, ou faire appel à un cabinet de recrutement, réévaluer la rémunération...

L’objectif est de donner des informations précises aux pouvoirs publics et organismes de formation, pour qu’ils adaptent leurs offres de formation aux attentes des entreprises. Des fiches métiers, secteur par secteur, région par région, seront actualisées chaque trimestre. Pôle emploi réalise également une étude de ce type mais sur une base annuelle.

Les travaux de l’Observatoire TEC seront mis en ligne fin avril sur le site www.observatoire-tec.fr

Cécile Maillard

Difficiles recrutements d’ingénieurs et cadres de l’industrie

Parmi les dix métiers qui recrutaient le plus fin 2012, le premier est celui de cuisinier, suivi d’employé et agent de maîtrise de l’hôtellerie restauration. Le métier industriel le plus recherché, en 7e place, est celui des ingénieurs et cadres techniques de l’industrie (37000 postes ouverts).

Parmi les 10 métiers les plus difficiles à pourvoir, le premier est celui des cadres de l’hôtellerie restauration, suivi de vendeurs, cuisiniers, conducteurs de véhicules, le 6e étant celui des ingénieurs et cadres de l’industrie (4400 postes non pourvus).

 

1 Commentaire

Le Medef s’attaque aux emplois perdus

Samuel92
16/04/2013 19h:01

Le mouton a 5 pattes se fait rare. J' ai quitté la France et je ne suis pas le seul.
L' Allemagne est moins idiote dans ses recrutements

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS