Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le marseillais des mobiles Wiko passe à 100% sous le contrôle du chinois Tinno pour s’étendre à l’international

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Le petit marseillais des mobiles Wiko devient une filiale à 100% de son partenaire industriel chinois Tinno. De quoi lui donner les moyens d’accélérer son développement auprès des opérateurs télécoms et surtout à l’international.

Le marseillais des mobiles Wiko passe à 100% sous le contrôle du chinois Tinno pour s’étendre à l’international
Laurent Dahan, fondateur de Wiko, entre au comité exécutif de Tinno
© Wiko

C’est une nouvelle étape qui s’ouvre pour Wiko. Le petit marseillais de mobiles reserre ses liens avec son partenaire industriel chinois Tinno. Une opération destinée à faire de la marque Wiko le principal étendard de l’offensive du groupe de l’Empire du Milieu à l’international.

10 millions de mobiles Wiko écoulés en 2017

Fondé en 2011 à Marseille par Laurent Dahan, Wiko s’impose aujourd’hui comme la deuxième marque de mobiles hors circuit de vente via les opérateurs télécoms en France, derrière Samsung, et la quatrième en Europe derrière Samsung, Apple et Huawei. En 2017, la marque marseillaise a livré environ 10 millions de mobiles, à 95% de smartphones. La société compte 200 personnes. Elle ne publie pas son chiffre d’affaires mais il serait, selon l’estimation de L’Usine Nouvelle, aux environs de 225 millions d’euros en 2017.

Dès le départ, Wiko a choisi un modèle léger d’importateur en nouant un partenariat industriel avec le chinois Tinno, un groupe de 5000 personnes et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Le français apporte ses connaissances du marché, ses capacités de commercialisation et ses services d’après ventes, tandis que l’industriel chinois amène son infrastructure de conception et fabrication avec quatre centres de R&D et deux usines de production à Shenzhen. Et pour inscrire ce partenariat dans la durée, Tinno a pris 95% du capital de Wiko en 2011. Le marseillais devient maintenant sa filiale à 100%.

Présence chez les quatre opérateurs mobiles en France

Selon les informations receuillies par L'Usine Nouvelle auprès de Wiko, Tinno a fabriqué 20 millions de mobiles en 2017 qu’il a tous écoulés indirectement en s’appuyant sur des marques locales comme QMobile au Pakistan, Intex et Micromax en Inde, MyPhone aux Philippines, Fly en Russie, Sugar en Asie ou encore Lanix en Amérique Latine. Le nouveau rapprochement avec Wiko vise à faire de la marque marseillaise sa principale voie de commercialisation dans le monde. "Nous sommes aujourd’hui présents dans une trentaine de pays, explique un porte-parole de Wiko à L’Usine Nouvelle. Nous devons nous étendre à une quarantaine à la fin de 2018 en prenant le relais de marques locales dont le contrat avec Tinno arrive à terme."

Wiko a besoin de ce coup de pouce à l’international car ses ventes tendent à stagner. En 2017, il a écoulé à peine plus de mobiles qu’en 2016. Pour croitre, le marseillais cherche également à entrer davantage chez des opérateurs."Aujourd’hui, nous sommes présents chez tous les opérateurs mobiles en France et chez certains en Europe, affirme le porte-parole. Notre objectif est de renforcer cette présence."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus