Le Maroc opte pour la continuité et le terroir au Salon de l'agriculture à Paris

Alors que la 53ème édition du Salon de l'agriculture bat son plein à la Porte de Versailles à Paris du 27 février au 6 mars, le Maroc qui y participe pour la quatrième fois y privilégie la mise en avant des labels et produits de terroir.

Partager
Le Maroc opte pour la continuité et le terroir au Salon de l'agriculture à Paris
Le stand Maroc au salon de l'agriculture de Paris 2016

Animé. Comme à son habitude, le pavillon du Maroc étalé sur 320 m² fait tout pour ne pas passer inaperçu à Paris au Salon de l'agriculture de cette année malgré la forte concurrence des stands méditerranéens tout aussi dynamiques.

Pour se faire remarquer, le Maroc mené par l'Agence pour le développement agricole (ADA) rejoue la carte du terroir. A côté d'une troupe folklorique masculine qui danse aux rythmes de l'Atlas, les exposants marocains alignent safran, dattes, huile d'olive, câpres et autres roses tous labellisés qui AOP qui IGP.

L'an dernier, le Maroc présentait 25 exposants, cette année ils sont 30, dont 22 participent pour la première fois à la "première ferme de France". Parmi eux, 25 groupements de producteurs et 5 entreprises privées.

Les groupements de producteurs se répartissent en 17 coopératives, 8 groupements d'intérêt économiques (GIE) totalisant une centaine de coopératives qui regroupent elles même plus de 4 000 agriculteurs dont un tiers de femmes.

Près de la moitié des stands proposent de l'huile d'olive ou de l'argan avec ses dérivés, mais la gamme d'articles proposés aussi bien aux professionnels qu'au grand public s'élève à plus de 150 variétés.

Parmi ces produits, une douzaine portent un label qualité comme l'IGP "Argane", l'AOP "Safran de Taliouine" ou l'IGP "Dattes Mahjoul de Tafilalet". (voir la liste ci-contre)

"Nous avons choisi cette année le thème "agriculture et alimentation citoyenne" indique à L'Usine Nouvelle Mohammed El Guerrouj directeur de l'ADA.

"C'est une orientation qui s'inscrit dans le cadre des grandes orientations du Plan Maroc vert avec son volet consacré à l'agriculture solidaire et aux produits du terroir" enchérit Khadija Bendriss, directrice de développement de la commercialisation des produits du terroir.

Mais au delà de la séduction des chalands du salon, cette manifestation est l'occasion pour les exposants de se frotter aux marchés professionnels.

Les signes de qualité présentés à Paris

>Neuf produits labellisés Indication géographique protégée (IGP) : Argane, Dattes Majhoul de Tafilalet, Dattes Boufegous, Dattes Jihel Deraa, Amande de Tafraout, Keskes Khoumassi, Huile d’olive vierge extra Ouazzane, Câpres de Safi et Henné d’Ait Ouabelli.
> Deux produits labellisés Appellation d'origine contrôlée (AOP) : Safran de Taliouine et Rose Kelâat M’Gouna-Dadès.
> Un produit Label agricole (LA) : Dattes Najda.

 

"Notre objectif est d'arriver à réaliser 300 entretiens BtoB avec des acheteurs à nos exposants", note Mohammed El Guerrouj de l'ADA.

Pour rappel, en amont de leur déplacement parisien, l'agence a fait bénéficier les exposants d'un accompagnement marketing et commercial pour leur permettre de négocier au mieux ces rencontres BtoB programmées en marge du Salon de l'agriculture avec des clients propects représentant des centrales d'achat, la grande distribution, l'épicerie fine, les magasins spécialisés en bio et autres cuisiniers.

Une stratégie payante pour certains exposants comme la coopérative Argana Noumskroud rompue à ce type de clientèle et qui exporte 20 tonnes d'huile d'argan par an vers des pays d'Europe et du Moyen Orient.

Le GIE Femmes du Rif dans la région d'Ouezzane exporte 30 à 40 tonnes d'huile d'olive vers l'Allemagne et l'Inde. Quant au GIE Dar Zaafaran, il exporte chaque année plus des deux tiers de sa production vers la France, l'Allemagne, l'Italie et les Emirats arabes unis.

Mais pour beaucoup d'autres exposants, le salon de Paris reste une première, et peut-être le début d'une nouvelle aventure commerciale.

N.D.

Près de la moitié des exposants proposent de l'huile d'olive ou d'argan

Noms des groupements et sociétés

Nature des produits

Coopérative Al Baraka

Amandes

Coopérative Marjana

Argane et dérivés

Coopérative Agdal

Argane et dérivés

Société Sidi Yassine

Argane et dérivés

Coopérative Tignanimine Filahia

Argane et dérivés

Coopérative Akkain ouargane

Argane et dérivés

Coopérative Toudarte

Argane et dérivés

Coopérative Al Khadra

Câpres

GIE Mahjoub Zraib

Couscous

Coopérative féminine de couscous

Couscous

GIE Wahat Aoufous

Dattes

Société Dépalim

Épices et PAM

Coopérative Aglif

Figue de barbarie

Coopérative Amoud

Henné

Société Lesieur cristal

Huile d'olive

GIE Olea Jabalia

Huile d'olive

GIE Lemta Fès

Huile d'olive

Société les huiles de Saïss

Huile d'olive

GIE Ain Abaynou

Huile d'olive

GIE Ahlaf

Huile d'olive

GIE Ougouy Lkhir

Huile d'olive

GIE Femmes du Rif

Huile d'olive

Coopérative feuille verte

Menthe

Société FBC

Multiproduits

Coopérative Rahik Ouargha

PAM et épices

Coopérative Agoundes

PAM et huiles essentielles

Coopérative des diplômés pour la valorisation des produits agricoles

Pruneaux

Coopérative agricole des femmes de Dadès

Rose

Coopérative Souktana

Safran

Coopérative Al Kimma

Safran

nb : PAM = plantes aromatiques et médicinales

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAFRAN

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS