Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Le Maroc approuve 21 projets d'investissements privés d'un montant de 3,5 milliards d'euros

, ,

Publié le

Comme à chaque fin d'année, le gouvernement du Maroc via la Commission des investissements a validé le 30 décembre 2015 à Rabat  une série de projets d'entreprises marocaines et internationales ouvrant droit à des aides publiques. Cette fois, 21 projets d'investissement susceptibles de générer près de 4500 emplois directs pour un total d'investissement de 3,5 milliards d'euros ont été validés. Pour moitié dans l'industrie, avec aussi une forte prédominance des télécoms liée au déploiement de la 4G.

Le Maroc approuve 21 projets d'investissements privés d'un montant de 3,5 milliards d'euros
21 projets d'investissement susceptibles de générer 4467 emplois directs pour un total d'investissement de 3,5 milliards d'euros.
© mcinet.gov.ma

Un soutien public à l'investissement privé. C'est dans ce cadre que rentrent les 21 projets approuvés le 30 décembre 2015 à Rabat par la Commission des investissements pour un montant de 38,08 milliards de dirhams représentants 3,5 milliards d'euros environ. (1000 dirhams = 93 euros)

Réunie sous la présidence du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, les projets retenus par la commission, à savoir en fait 12 conventions et 9 avenants d’investissements, sont censés générer à terme 4 467 emplois directs.

Créée en 1998, la commission examine régulièrement les investissements d'entreprises marocaines ou internationales dont les montants sont supérieurs à 200 millions de dirhams (environ 20,7 millions d'euros). A savoir deux fois par an en juin et septembre.

Les entreprises dont les investissements sont approuvés (dont la liste n'est pas communiquée), bénéficient de divers avantages fiscaux ou subventions entrant dans le cadre de dispositifs d'aides comme le fonds Hassan II, le Fonds pour le développement industriel (FDI) ou encore des exemptions de droits de douane ou des aides à la formation des salariés par exemple.

La contrepartie pour les porteurs de projets consiste à s'engager sur des montants d'investissements et des embauches stipulées dans les conventions signées avec l'Etat.

À l’issue de la réunion de cette commission, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie a livré à la presse, au siège de son ministère, le bilan de cette commission de fin 2015.

Le ministre a pointé la prédominance de l’Industrie, qui représente la majorité des investissements (52,5%) avec 20 milliards de dirhams et les deux tiers des créations d’emploi (65,8%) soit 2 943 emplois. Il s’agit selon les propos rapportés par le quotidien L'Economiste en grande partie des projets liés à l’industrie chimique et à l’agroalimentaire.

Le secteur des Télécom arrive en deuxième place avec plus de 16 milliards de dirhams engagés représentant 42% des investissements projetés. Par déduction, il s'agit certainement des montants engagés pour le déploiement de la 4G par les trois opérateurs marocains IAM (Maroc Telecom), Méditel (Orange) et Inwi.

En troisième position, le secteur de l’Énergie avec 5% du montant des investissements promet lui la création de 23% des emplois prévus pour 1045 embauches attendues.

La répartition des investissements par origine révèle de son côté que 58% des investissements ont une origine locale avec un montant de 22,3 milliards de dirhams relatifs aux grands projets relevant des secteurs de l'industrie et de l'énergie.

Au plan international, 26% des investissements approuvés sont des JV Maroc-Emirats Arabes Unis et 16% des JV Maroc-Koweit, sans doute là encore en partie le fait des opérateurs télécom : Maroc Telecom étant contrôlé à 53% par l'émirati Etisalat et Inwi comptant le koweitien Zain pour 31% parmi ses actionnaires (à côté de la SNI, la holding royale).

Concernant, la répartition territoriale, la région de Casablanca-Settat accueille la plus grosse part des investissement avec 40% du total représentant 15,36 milliards de dirhams, et devant générer près de 860 emplois directs (19%).

Les régions de l’Oriental, Fès-Meknès et Rabat-Salé-Kenitra ont cumulé à elles trois près de 680 millions de dirhams.

Au total, les deux commissions de cette année (juin et décembre) ont validé 36 conventions et avenants pour un montant global de 62,86 milliards de dirhams. Un niveau figurant parmi les années records selon Moulay Hafid Elalamy à comparer aux 15,5 milliards de dirhams de 2014 et 42 milliards de dirhams de 2013.

Combien pour 2016 ?

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle