Le mariage entre United Tech et Rockell Collins encore loin d'être célébré

PARIS/NEW YORK/WASHINGTON (Reuters) - La route est encore longue pour que United Technologies obtienne le feu vert des autorités de la concurrence à l'achat de Rockwell Collins, tant en Europe qu'aux Etats-Unis.

Partager
Le mariage entre United Tech et Rockell Collins encore loin d'être célébré
Le PDG de United Technologies, Greg Hayes, donne une interview pour CNBC, à New York. La route est encore longue pour que United Technologies obtienne le feu vert des autorités de la concurrence à l'achat de Rockwell Collins, tant en Europe qu'aux Etats-Unis. /Photo prise le 5 septembre 2017/REUTERS/Brendan McDermid

La fusion entre United Technologies et Rockwell Collins est un chemin semé d'embûches. Au lendemain de l'annonce du rachat de Rockell Collins par United Tech pour 30 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros), plusieurs voix se font entendre afin de contester cette fusion. Les deux équipementiers aéronautiques affirment que peu de leurs produits sont similaires mais les opposants à ce rapprochement pourraient arguer du fait que leur production cumulée leur confère une part de marché excessive.

Boeing a annoncé mardi qu'il étudierait de près le projet. "Jusqu'à ce que nous obtenions plus de détails, nous doutons que ce soit dans le meilleur intérêt de - ou que cela ajoute de la valeur pour - nos clients et le secteur", a-t-il déclaré dans un communiqué.

L'entité issue de la fusion pourrait construire, en valeur, plus de la moitié des équipements d'un Boeing 787, relève Kevin Michaels, président du consultant AeroDynamic Advisory, évoquant des composants comme les systèmes de contrôle de vol et la climatisation. Il ajoute que, du point de vue de la concurrence, l'opération devrait passer sans peine car, sur le papier, les produits des deux groupes sont différents.

Le titre Rockwell a clôturé en hausse de 0,3% à 131 dollars mardi à la Bourse de New York, tandis qu'United Tech a lâché 5,7% à 111,21 dollars, en raison notamment de la réaction de Boeing.

Une fusion bénéfique pour CFM International ?

En coulisses, Airbus se prépare semble-t-il à faire monter la pression. Une source proche du constructeur européen a déclaré à Reuters qu'il y avait des interrogations quant à une "déconnexion" entre United Tech et la position dominante de son motoriste Pratt & Whitney.

Une autre source chez l'avionneur a évoqué le fait que les nouvelles priorités induites par la procédure de fusion pourraient profiter au principal concurrent de Pratt & Whitney, à savoir CFM International, coentreprise de l'américain General Electric et du français Safran. Les problèmes rencontrés par Pratt & Whitney se sont traduits par des retards de livraison d'avions en Europe et Airbus a publiquement enjoint United Tech de livrer ses moteurs dans les temps.

Boeing et Airbus peuvent saisir les autorités de la concurrence

Si Boeing ou Airbus choisissent de saisir les autorités de la concurrence, ils peuvent s'adresser à la Commission européenne et soit au département de la Justice américain soit à la Commission fédérale du commerce (FTC).

"Beaucoup pensaient que ce ne serait qu'une simple formalité en raison des moindres redondances mais l'enquête de l'Union européenne pourrait s'avérer difficile, simplement en raison de la taille du nouveau groupe", explique Nick Cunningham, analyste chez Agency Partners.

Boeing pourrait également s'inquiéter de l'"effet de portefeuille", caractérisant l'influence que peuvent exercer des entreprises du fait qu'elles vendent une large gamme de produits spécialisés à certains clients. C'était l'argument qui avait été utilisé pour faire capoter le projet de rachat de Honeywell par General Electric, encore que l'échec ait été davantage imputable aux régulateurs européens qu'à leurs homologues américains.

Boeing ou toute autre société concernée pourraient aussi plaider une déperdition de concurrence du fait de la fusion. Ce serait le cas si les autorités prouvaient qu'United Tech ou Rockwell projetaient de se développer afin de se concurrencer l'un l'autre, explique l'avocat James Tierney, ex-expert du département de la Justice américain.

Les autorités de la concurrence pourraient également tiquer face à la diminution du nombre d'intervenants dans le secteur s'il ne restait plus que quelques sociétés, parmi lesquelles United Tech et Rockwell, auxquelles Boeing ou Airbus pourraient faire appel en cas de problèmes techniques, ajoute James Tierney. Et ce point prendrait d'autant plus d'importance si le département de la Défense le jugeait fondé, dit-il.

Le département de la Justice et la FTC étudient tous les deux les projets de fusion pour s'assurer qu'ils respectent le droit de la concurrence. On ignore pour l'instant lequel de ces deux organismes sera chargé du dossier, précisent des experts.

Pour Reuters, Tim Hepher, Alwyn Scott et Diane Bartz, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat et Marc Joanny

0 Commentaire

Le mariage entre United Tech et Rockell Collins encore loin d'être célébré

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAFRAN

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS