Economie

Le marché européen des poids lourds au ralenti

, , ,

Publié le

Le constructeur français de poids lourds Renault Trucks a annoncé le recours au chômage partiel sur quatre de ses sites industriels en France, symptôme de la crise que traversent les constructeurs européens de poids lourds.

Le marché européen des poids lourds au ralenti © D.R. - Scania

Pour faire face à la baisse du marché européen des poids lourds, Renault Trucks a annoncé le recours au chômage partiel entre mi-novembre et mi-janvier sur les sites d’assemblage de Bourg-en-Bresse (Ain), de Blainville-sur-Orne (Calvados), et sur les sites industriels (moteurs et assemblage) de Vénissieux (Rhône).

La mesure prévoit entre 0 et 4 jours chômés selon les sites. Bourg-en-Bresse reste le plus touché avec 3 jours de chômage prévus en novembre et 4 jours en décembre. "Le nombre d’immatriculation en Europe a baissé de 7% en septembre par rapport à l’an dernier, il a fallu adapter la production à la demande", explique-t-on chez Renault Trucks.

Si le marché des poids-lourds s’est bien remis de la récession de 2009, les constructeurs européens continuent à rencontrer des difficultés suite au ralentissement du marché en Amérique latine et en Europe de l’Ouest. Renault Trucks, détenu par le suédois Volvo, n’est pas le seul à ajuster sa production.

"Scania a été le premier constructeur à réagir à ce ralentissement, le groupe a réduit sa production de 10-15% en novembre 2011 et de 15 % en janvier 2012", précise Ha-Anh Bui, analyste chez l’agence de notation Fitch Ratings. Volvo a lui aussi réduit sa production de 10 % en Suède et l’Allemand Daimler Trucks a licencié 1 500 ouvriers au Brésil, où l’entreprise domine un quart du marché.

"D’ici fin 2012, Fiat industrial fermera cinq sites dans trois pays européens et ouvrira un nouveau site à Madrid en Espagne pour consolider sa présence industrielle face à la chute des ventes en Europe", continue l’analyste.

Un reprise à long terme

Les perspectives du marché européen restent néanmoins plutôt bonnes, selon une récente étude publiée par Fitch. Le vieillissement du parc, l’adaptation à la norme anti-pollution Euro VI - qui sera appliquée en 2014 - et le positionnement des constructeurs sur les marchés émergents en Asie et en Russie devraient relancer les ventes sur le long terme, anticipe l’agence.

"Le marché global des poids lourds va continuer à croitre, conduit par une demande pour les transports en lien avec l’amplification de la mondialisation et des échanges", selon le rapport. 

"Le marché mondial des bus et des poids lourds est estimé à 26 millions de véhicules, dont 11,7 millions se concentrent sur le marché asiatique. Les prix des véhicules sont plus bas en Asie qu’en Europe de l’ouest.  Un camion coûte 75 000 euros en Asie contre 100 000 euros en Europe, et la différence de prix est encore plus accentuée concernant les bus. Par exemple, un bus Volvo coûte 100 000 euros en Asie contre 300 000 euros en Europe ".

Pour profiter de la croissance des marchés émergents, les constructeurs européens tentent déjà de se positionner localement à travers des partenariats. Ainsi en Chine, Volvo s’est allié à Dongfeng, Fiat Industrial avec SAIX et Daimler avec Foton.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte