Le marché du pétrole sera soumis à des tensions moindres, affirme l'AIE

L’Agence internationale de l'Energie a publié une étude, le 23 juin 2010, qui balaie bien des idées reçues, ses experts affirmant que "la capacité de réserves (mondiales) d'hydrocarbures sera plus confortable que prévu". La baisse de la consommation dans les pays développés sera toutefois en partie compensée par les besoins croissants des pays émergents.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le marché du pétrole sera soumis à des tensions moindres, affirme l'AIE

«Le pétrole se raréfie à vitesse grand V! D’ici peu de temps, il n’y aura plus une goutte d’or noir sous l’écorce terrestre…»
L’on entend souvent ce genre de phrases, en tout cas en Europe. Or, l’un des derniers rapports en date de l’Agence Internationale de l’Energie, à Paris, semble balayer de telles craintes. Les conclusions de cette étude, délivrée le 23 juin 2010, ont de quoi en surprendre plus d’un: il faut bannir toute perspective d’explosion des besoins pétroliers ces prochaines années.

Relevant ses prévisions de demande mondiale, l’AIE a estimé que la demande en pétrole frôlerait 92 millions de barils par jour en 2015, un surcroît de consommation de 1,4 % par rapport à ce qu’avait esquissé l’Agence dans une étude antérieure, qui s’était montré alors un peu trop conservatrice. Toujours en 2015, l’offre de pétrole devrait se hisser à 96,5 millions de barils par jour.
Conclusion, plutôt réconfortante: pas de crise à redouter à moyen terme.

CROISSANCE DU PIB MONDIAL: 4,5 % PAR AN


«Dans les prochaines années, le marché du pétrole sera marqué par une capacité de réserves plus confortable que prévu»,
affirme l’AIE. Un tel scénario s’appuie sur la conviction, partagée par l’AIE, que la croissance annuelle du PIB mondial sera de 4,5 % jusqu’en 2015.
L’un des points les plus intrigants de cette étude est le suivant: les besoins en pétrole des économies dites développées vont se contracter, après avoir atteint un pic en 2005 et 2006. (La crise financière, il est vrai, y a fortement contribué.)

Cette diminution de la consommation d’or noir dans toute une partie de l’hémisphère Nord sera compensée par l’appétit toujours plus exacerbé des pays émergents, pour la plupart situés dans l’hémisphère Sud. A partir du moment où un Etat franchit le cap des 3000 dollars de revenu annuel par habitant, rappelle l’AIE, ses besoins commencent à monter en flèche. C’est ainsi que la consommation d’hydrocarbures en Asie devrait flamber de près de 4 % par an jusqu’en 2015, laissent entrevoir les spécialistes de l’agence.


MESURES DE RATIONALISATION ET ENERGIES RENOUVELABLES

Autre tendance saillante sur laquelle ces experts mettent le doigt: les mesures et technologies de rationalisation de la consommation d’énergie mises en œuvre dans les pays développés en viennent à produire leurs effets. Notamment le recours de plus en plus systématique à des sources d’énergies renouvelables. Comme le souligne un quotidien publié en Suisse romande, «tout recul de l’intensité énergétique (plus exactement, le brut nécessaire pour engendrer mille dollars de richesses) réduit les besoins en hydrocarbures de deux millions de barils par jour»

Voici un nouveau type de fracture entre les pays riches et les économies émergentes: ces dernières sont en train de bâtir un modèle de développement fondé, lui aussi, sur une consommation effrénée de pétrole et de gaz. Mais l’AIE nuance les choses, suggérant que l’adoption de nouvelles technologies moins dévoreuses de pétrole par certains de ces pays en plein boom économique n’est pas à écarter.
Après tout, des peuples comme la Chine, l’Inde ou le Brésil ne sont pas obligés d’acheter à tout va des 4x4 comme l’avaient fait les Etats-Unis au temps de la splendeur…

0 Commentaire

Le marché du pétrole sera soumis à des tensions moindres, affirme l'AIE

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie et Matières premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS