Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le marché doit donner le rythme des investissements

Publié le

150 à 200milliards d'investissements sont nécessaires pour les inforoutes.Mais les choix technologiques ne sont pas arrêtés. Et l'échec du Plan câble rend les investisseurs prudents.

Les entreprises citées

Tous les acteurs du dossier sont d'accord. Les autoroutes de l'information "tout optique" -où la fibre optique pénètre dans les foyers pour desservir le téléphone, le téléviseur et le micro-ordinateur - seront les réseaux de télécommunication de demain. Là où les avis divergent, c'est sur le rythme des investissements à soutenir. Leur ampleur, de 150 à 200milliards de francs en vingt ans (plus que le plan du rattrapage du téléphone des années 70), incite à la réflexion.Nouvelle frontière des télécommunications, les autoroutes de l'information sont présentées comme la clé d'accès à un marché de l'information, en particulier dans les services, qui atteint déjà plus de 5000milliards de francs dans le monde et 1600milliards de francs en Europe. Ces chiffres auront doublé dans cinq ans. Consultation de banques d'images, chaînes interactives de télé-achat, programmes éducatifs, télétravail, visiophonie grand public sont les domaines les plus communément cités. "Des marchés de services latents prêts à être conquis", annonce Gérard Théry dans le rapport qu'il vient de remettre au Premier ministre.

La technologie est coûteuse

Pour avoir négligé le développement des programmes, le Plan câble a été un cuisant échec. Et les 25milliards de francs engloutis ne sont pas près d'être rentabilisés! France Télécom et les câblo-opérateurs ont retenu la leçon. "Le développement des infrastructures est conditionné à celui des services qui seront véhiculés", précise Charles Rozmarin, directeur général de France Télécom. La visibilité des marchés déterminera la stratégie et les investissements des sociétés. Aux Etats-Unis, la décision du Congrès de ne pas voter cette année une plus grande ouverture à la concurrence des secteurs du téléphone et du câble a refroidi l'engouement affiché pour les "superhighways". En Grande-Bretagne, BT annonce de 15 à 20milliards d'investissements... si le législateur l'autorise à transmettre des images TV, source de revenus juteux, sur ses réseaux. Les choix technologiques sont tout aussi tributaires de l'émergence des marchés. La technologie a son prix, qu'une entreprise du secteur concurrentiel se doit d'amortir rapidement. En particulier l'option des réseaux "tout optique", que préconise le rapport de Gérard Théry. "De 4 à 5millions de raccordements optiques installés dans un délai aussi court que possible" permettraient de supprimer le goulet d'étranglement (entre le commutateur et l'abonné) que constituent la paire de cuivre classique, mais aussi le câble coaxial. Dans cette polémique technologique, les avis sont partagés. Les récents progrès de techniques, telle la compression de données ADSL, pourraient d'être une alternative économique dans certains cas. D'autant que bon nombre d'applications évoquées n'imposent nullement une remise en

cause des infrastructures de télécommunications actuelles. Le dilemme se pose avec acuité aux opérateurs de télécommunications et du câble. Ce sont eux qui supporteront la plus grande partie des investissements. France Télécom va devoir intégrer les futures autoroutes de l'information dans sa stratégie. Mais l'ampleur des investissements risque de l'handicaper dans sa course à l'internationalisation, qu'il juge capitale pour compter parmi les "majors" qui feront les télécommunications mondiales de demain. D'un autre côté, sans infrastructures modernisées, France Télécom resterait rapidement à l'écart des grands flux mondiaux d'information générateurs de trafic. La voie est étroite. En lançant leur grands projets de "superhighways", les Américains y voyaient un nouveau levier de la "dérégulation" de leur marché. Aujourd'hui, ils ne désespèrent pas rééditer une opération du type "Guerre des étoiles" en incitant les Européens à surinvestir. Dans ce contexte, il n'est pas sûr que le colbertisme industriel et technologique soit la réponse la mieux adaptée.



L'allemagne la mieux équipée

Programme Opal d'un réseau téléphonique en fibre optique (jusqu'au pied de l'immeuble) visant à desservir 1,2million d'abonnés fin 1996.Expérimentation dans le Bade- Wurtemberg d'une plate-forme visant à raccorder en fibre optique 4000foyers et PME.

Aujourd'hui, ce programme touche 500000abonnés des nouveaux Länder.

CEE

La CEE met au point un programme de grand réseau transeuropéen très haut débit faisant appel à la fibre optique et aux techniques de commutation large bande ATM. L'investissement est estimé à 450milliards de francs d'ici à 2000. Le programme reste à l'état de projet.

FRANCE

Le rapport Théry évalue entre 150 et 200milliards de francs l'investissement à consacrer aux autoroutes de l'information. France Télécom débute le raccordement de grands clients professionnels en fibre optique avec son programme ROF.A terme, 5000immeubles sont concernés.

ETATS-UNIS

Le "Superhighway" d'Al Gore doit mobiliser 560milliards de francs sur dix ans, dont 12milliards financés par l'Administration.Bell Atlantic a annoncé des investissements de 66milliards de francs, MCI et ses partenaires de 120milliards, Pactel de 96milliards. Depuis ces annonces début 1994, la fusion Bell Atlantic-TCI (qui conditionnait les investissements) ne s'est pas faite, Southwestern Bell et Cox Communication ont renoncé à leur projet d'alliance.La décision du Congrès de ne pas voter cette année la réforme visant à introduire la concurrence entre le téléphone et la TV câblée a refroidi les investisseurs.

GRANDE-BRETAGNE

British Telecom vient d'annoncer son intention d'investir plus de 130milliards de francs dans l'infrastructure d'inforoutes.Le projet est conditionné à la possibilité pour British Telecom de diffuser des images TV sur ses réseaux.

JAPON

Projet d'un réseau national de raccordement des abonnés d'ici à 2015 faisant appel à la fibre optique.NTT prévoit d'y investir 550milliards de francs en vingt ans.

Projet subordonné aux décisions du Miti et du ministère des postes et télécommunications.

USINE NOUVELLE - N°2477 -

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle