Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le marché des drones grand public en berne, Parrot supprime une centaine de postes

Olivier James , , , ,

Publié le

Parrot a vu s’effondrer ses ventes dans le domaine des drones de loisirs. Le fabricant français annonce un plan de départ d’une centaine de personnes, pour l’essentiel à l’international.

Le marché des drones grand public en berne, Parrot supprime une centaine de postes
Le fabricant français Parrot a largement contribué à démocratiser les drones dans le grand public.
© Copyright Parrot SA. All right reserved.

Vents mauvais pour le drone français. Le fabricant français Parrot, qui a largement contribué à démocratiser les drones dans le grand public, affronte une spectaculaire baisse de ses ventes. Au point que l’entreprise a affiché vendredi 23 novembre un recul de 40% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, à 23,4 millions d’euros. Cela a poussé Henri Seydoux, le PDG de Parrot qui emploie plus de 600 salariés, à annoncer un plan de départ d’une centaine de personnes, essentiellement à l’international, "afin de diminuer les ressources consommées par les structures de commercialisation et celles dédiées à la production", comme le précise le communiqué de presse.

Parrot semble peiner à sortir de la spirale infernale qui le cloue au sol depuis plusieurs années. L’initiative annoncée aujourd’hui n’est pas sans rappeler la réduction d’effectifs de 290 personnes déjà lancée en 2017, dont 150 en France, quand l’entreprise comptait alors 840 salariés. L’entreprise se fait tailler des croupières par ses innombrables concurrents, DJI en tête, qui inondent le marché en produits low cost. Malgré sa notoriété rapidement acquise et sa bonne image, rien n’y fait, les ventes restent au ras du plancher.

Le prometteur marché professionnel

L’effondrement des ventes au troisième trimestre est en effet particulièrement brutal concernant les drones destinés au grand public. L’activité a généré un chiffre d’affaires de 12,5 millions d’euros, accusant une baisse de 45%. Si le groupe estime que le marché n’est pas saturé, il préfère évoquer une "pause". "Sur un panel de marché étudié d’environ 100 millions d’euros au 3ème trimestre 2018, la baisse est d’environ 22% en valeur et 19% en volume", précise le communiqué. Seule consolation : grâce au lancement du Parrot ANAFI, Parrot se targue d’avoir gagné de 5 à 15 points de parts de marché sur le segment des drones de 500 à 800 euros.

Si le drone de loisirs est boudé, le drone professionnel reste quant à lui plébiscité. L’activité génère un chiffre d’affaires moins important, 9,3 millions d’euros au troisième trimestre, mais elle est en croissance de 4%. "Les ventes de logiciels et de services sont en hausse de 28%, portées par les solides performances de Pix4D dont l’offre de solutions métiers a continué de s’élargir avec l’arrivée de Pix4Dfields, dédié à l’agriculture de précision", détaille le communiqué. Quant au marché naissant de la défense et de la sécurité, Parrot assure que les premières commandes sont imminentes.

Les activités civiles et professionnelles de Parrot vont-elles effectuer un grand chassé-croisé, la seconde prenant le pas sur la première ? Alors que le groupe anticipe encore une forte diminution des ventes auprès du grand public, il table sur "une montée en puissance" des usages professionnels. Mais celle-ci sera lente, en raison d’une démocratisation auprès des plus petites entreprises qui reste freinée par l’environnement réglementaire. Reste que les multiples acquisitions du groupe ces dernières années (Pix4D, SensFly, MicaSense…) ou ses participations (Icononem et Bio Carbon) pourraient à terme lui dégager l’horizon.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

24/11/2018 - 19h36 -

Normal, effet de mode terminé, réglementation qui interdit le drone presque partout, y compris dans son propre jardin ! emballé c'est pesé : chute du marché.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/11/2018 - 09h15 -

Et oui quand on a un drone on en rachète pas tous les ans.. Produit cher et batteries qui durent à peine 15 minutes Et quasiment introuvables en rechange à part des produits chinois qui ne marchent pas Sûr le site de Parrot la batterie supplémentaire pour mon Bebop1 n'est jamais disponible... Produit trop coûteux pour un usage personnel et contraignant au vu de la nouvelle loi
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle