Le marché de l’ameublement recule de 2,7% après trois années consécutives de hausse

Le marché français de l’ameublement a atteint 9,5 milliards d’euros en 2018 en recul de 2,7 %. Les mutations s’accélèrent obligeant distributeurs et fabricants à mieux personnaliser leurs offres.

 

Partager
Le marché de l’ameublement recule de 2,7% après trois années consécutives de hausse
L'usine de l'entreprise vosgienne de cuisines et de salles de bain en kit WM88

Après trois années consécutives de croissance le marché français du meuble a enregistré un décrochage en 2018 selon le bilan dressé jeudi matin à Paris par les organisations professionnelles de la filière ameublement.

Avec un total de 9,50 milliards d’euros lors de l’exercice écoulé les ventes de meubles ont reculé de 2,7 % par rapport à l’année 2017 où elles avaient atteint 9,76 milliards d’euros.

"Les mutations du marché de l’ameublement se sont accélérées en 2018 ce qui met la profession au défi de construire de nouveaux business model et de concevoir une grande personnalisation de l’offre pour répondre aux nouveaux usages", a confié Philippe Moreau, président de l’Ameublement Français, l’organisation rassemblant 350 entreprises françaises de la fabrication d’ameublement et de l’aménagement de l’espace de vie.

Après une bonne résistance au premier semestre (-0,6%) le marché a connu un coup de frein de 4,6 % au cours des six derniers mois de l’année.

Le meuble de cuisine seul segment en hausse

Seul le segment des meubles de cuisine - le deuxième en parts de marché avec 27,4 % - continue de progresser. Mais avec seulement 1,1% de hausse, son rythme de progression s’est ralenti par rapport aux exercices 2016 (+3,7%) et 2017 (+4%). La literie (14,1 % de parts de marché) voit, de son côté, ses ventes se maintenir au même niveau qu’en 2017.

Le segment des meubles meublant qui est le plus important (30,5 % du chiffre d’affaires) est aussi le plus impacté avec une baisse de 5,2%. Fort recul également (-4,7 %) pour le segment des rembourrés (canapés, fauteuils et banquettes) qui a représenté 24,2 % des ventes en 2018. Les deux derniers segments, les meubles de salle de bain et de jardin, qui ne contribuent du marché que pour 3,8%, affichent une baisse moyenne de l’ordre de 4%.

Les mauvaises performances s’expliquent en partie par le recul du marché de l’immobilier neuf. Or, le marché du meuble a toujours été très dépendant du marché de l’immobilier neuf. Le déménagement demeure la première raison d’achat de meubles. Un tiers des meubles sont achetés par les ménages ayant emménagé depuis moins de deux ans.

"Les mises en chantier n’ont pas atteint les 400 000 unités en recul e 7% par rapport à l’exercice 2017. Le nombre de permis de construire délivrés était également en baisse avec un recul de l’ordre de 7,1 %", relève le bilan.

Les nouvelles sont un peu meilleures pour ce qui concerne l’immobilier ancien. "Selon la dernière note de conjoncture immobilière des notaires de France ce sont 957 000 transactions qui avaient été réalisées dans l’immobilier ancien sur douze mois glissants à fin octobre 2018", souligne le bilan. Les taux d’intérêt restant bas, les professionnels de l’ameublement se plaisent à croire que ce niveau d’activité élevé se maintiendra.

Une embellie avec l’export ?

Autre motivation de satisfaction : la hausse des exportations. Sur un marché mondial estimé à 400 milliards d’euros, les ventes françaises ont progressé de 1,3% et même de 7,3 % en Chine.

Pour les fabricants cette embellie à l’export ne suffit pas à compenser le décrochage en France. "Le dernier indice de production industrielle arrêté à fin septembre enregistrait un recul de 2% à 3%" a confié Cathy Dufour, Déléguée Générale de l’Ameublement français.

"La vente à l’international connaît une croissance encore faible mais offre des opportunités de progression. Nous avons un atout ce sont nos 300 ans d’art de vivre à la française mais nous avons aussi besoin d’un marché national dynamique pour permettre à nos entreprises de dégager des capacités de financement pour aller à l’export", a précisé Philippe Moreau.

Etre en phase avec les nouveaux modes de vie

Pour relancer son activité la filière en appelle au Gouvernement pour qu’il autorise un déblocage temporaire et partiel du Plan d’Epargne Logement pour l’achat de meubles neufs. Ce déblocage serait limité à 10 000 euros et pour une durée de 24 mois. La mesure si elle était appliquée pourrait permettre de créer ou maintenir 5 000 emplois sur les 115 000 de la filière.

"Si les pouvoirs publics peuvent donner un coup de pouce ce sera très positif mais l’avenir du marché passe par une stratégie d’offres pour être en phase avec les nouveaux modes de vie. Le parcours d’achat devient complexe et, maintenant, il faut être partout sur la toile, les réseaux sociaux, en show-room, en magasin. Pour doper le marché les fabricants doivent eux aussi s’intéresser aux consommateurs", a commenté Christophe Gazel, Directeur Général de l’Institut de Prospective et d’Etudes de l’Ameublement.

0 Commentaire

Le marché de l’ameublement recule de 2,7% après trois années consécutives de hausse

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Armoires de bureau

Meuble pour dossiers suspendus 1 rail 4 tiroirs noir

RANGESTOCK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS