International

"Le marché automobile chinois rassemble certaines caractéristiques d'un marché mature", constate Josselin Chabert de PwC

, ,

Publié le

Entretien Croissance à un chiffre, achat à crédit, création d’une filière pour la vente d’occasion… Certaines zones du marché automobile chinois ressemblent davantage au marché européen qu’on ne le pense. A l’occasion de l’ouverture du salon de Pékin, L’Usine Nouvelle a rencontré Josselin Chabert, analyste chez PwC Autofacts, pour qui les grandes villes chinoises présentent de nombreuses caractéristiques d’un marché mature.

Le marché automobile chinois rassemble certaines caractéristiques d'un marché mature, constate Josselin Chabert de PwC

L'Usine Nouvelle : Comment a évolué le marché chinois ces dernières années ?

Josselin Chabert : Il a fortement ralenti. Certes, il est toujours en progression : +6,7 % en 2015 par rapport à 2014, et on table sur une valeur similaire pour l’année 2016. La croissance est donc toujours là, mais elle n’est plus à deux chiffres comme par le passé. Le marché chinois a des caractéristiques très diverses selon les régions.

On peut dire que les grandes villes chinoises deviennent des marché matures, car il en elles en ont les principales caractéristiques : le parc se renouvelle, les ménages achètent leur deuxième véhicule, et le marché de l’occasion se développe.

Le comportement des acheteurs a-t-il évolué lui aussi ?

Effectivement, l’acte d’achat se transforme. Au début des années 2000, c’étaient les parents qui achetaient la première voiture du foyer, et la payaient cash le plus souvent. Aujourd’hui, leurs enfants ont une vision plus moderne de l’acte d’achat, et font beaucoup plus appel à des solutions de financement ou à du leasing.

La pratique n’est pas encore généralisée (les voitures achetées à crédit représentent 20 % en Chine, contre 50 % en Europe et 80 % en Amérique du Nord), mais c’est un autre signe caractéristique d’un marché mature. Enfin, les clients chinois restent portés sur les marques étrangères : les constructeurs internationaux restent largement majoritaires.

La preuve : le premier constructeur chinois n’arrive qu’en cinquième position du top 10 des constructeurs automobile en Chine (en production). Si aujourd’hui la Chine compte pas moins de 43 marques principales, nous pensons que dans les années à venir le marché devrait se concentrer.

Les automobilistes chinois sont-ils technophiles ?

En effet, les clients chinois sont les premiers utilisateurs de smartphones au monde, et ils sont friands de mobilité. Les grands noms chinois de l’informatique et des télécoms investissent désormais largement dans les outils de connectivité. Bien qu'encore minoritaire, il y a également un engouement croissant pour les véhicules électriques, notamment dans les grandes villes où le gouvernement a étendu le principe de la "loterie" ou de "ventes aux enchères". Il faut gagner la loterie pour avoir droit à une plaque d’immatriculation pour un véhicule thermique, alors que la vente de véhicules électriques n’est soumise à aucune contrainte de ce type. Renault, dernier constructeur européen à s’être implanté en Chine, nourrit de fortes ambitions pour ce secteur.

Quels sont les segments les plus porteurs ?

Le marché est tiré par les ventes de SUV, crossovers et de petits monospaces. Ce segment a progressé de 62 % en 2015 par rapport à 2014. A comparer avec le segment des berlines qui, lui, a diminué de 4 % sur la même période. On peut d’ailleurs dire que la Chine a été l'un des moteurs du développement des crossovers au niveau mondial. En effet, c’est un des types de véhicules qui a le moins besoin d’être adapté d’un continent à l’autre (contrairement aux berlines que l’on préfère avec un hayon en Europe et avec un coffre en Asie), cette progression des ventes en Chine tire donc directement la croissance mondiale des crossovers.

Propos recueillis par Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte