Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le manque de lithium pourrait freiner l'essor de la voiture électrique

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Lithium, graphite et colbat sont nécessaires pour fabriquer les batteries des voitures électriques. Mais l’offre des matières premières nécessaires à cette production ne suffit pas à répondre à l’explosion de la demande.

Le manque de lithium pourrait freiner l'essor de la voiture électrique

Tesla, qui ambitionne de fabriquer 500 000 voitures électriques par an en 2020, a lancé sa Gigafactory, dans le Nevada, afin de couvrir ses besoins en batteries au lithium-ion. L’usine devrait être ­opérationnelle en 2017 et produire davantage de batteries par an d’ici à 2020 qu’il n’en a été produit dans le monde en 2013. Benchmark Mineral Intelligence dénombre douze usines de ce type, dont sept en Chine et deux aux États-Unis (Tesla et LG Chem).

Selon l’USGS, les réserves mondiales de lithium (13,5 millions de tonnes) permettent de produire des batteries pendant trois cent cinquante ans. Encore faut-il extraire ce métal du sous-sol… Plus qu’un risque de "peak lithium", c’est un problème de coordination entre le temps court de l’essor rapide du véhicule électrique et le temps long de la mine qui se profile. En réaction, le prix spot de la tonne de lithium en Chine est passé de 7 000 dollars en septembre 2015 à plus de 20 000 dollars mi-2016. Le déficit actuel devrait se résorber en 2017-2018 grâce à des hausses de production en Australie et en Argentine, mais Macquarie prévoit un déficit important entre 2019 et 2021.

Les batteries ne contiennent pas que du lithium. Mais aussi du graphite, destiné aux anodes, qui est produit à 95 % par la Chine, selon l’USGS. Son prix est passé de 2 500 dollars la tonne fin 2015 à 3 200 dollars mi-2016. Les approvisionnements en cobalt, composant de base des cathodes, s’avèrent plus délicats. La République démocratique du Congo assure 60 % de la production mondiale de ce métal. Mais les mines de cuivre congolaises d’où il est extrait ont subi une baisse d’investissements, entraînant une chute de 20 % de la production au premier trimestre 2016. Pour la première fois depuis sept ans, la demande a été supérieure à l’offre (de 3 000 tonnes). Et la situation pourrait s’aggraver avec l’essor du marché des batteries (67 % de la demande additionnelle, hors métallurgie, entre 2015 et 2020). À cela s’ajoute la mainmise de la Chine, dont la part de marché dans le cobalt raffiné est estimée à 84 % par CRU, et celle dans le cobalt métal à 30 %. Aucune inquiétude à avoir, en revanche, sur les approvisionnements en manganèse et en nickel : les batteries consomment respectivement 1,5 % et 5 % de leur production mondiale.

Par Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle