L'Usine Santé

Le Manifeste des 30 appelle les médecins à boycotter le laboratoire Servier

Gaëlle Fleitour , ,

Publié le , mis à jour le 28/08/2015 À 16H26

Une pétition signée par trente personnalités du monde médical appelle les médecins à cesser leurs collaborations avec le laboratoire Servier, alors que l’affaire Mediator traîne en longueur.

Le généticien Axel Kahn, l’expert en bioéthique Israël Nisand, le député (et cardiologue) Gérard Bapt, l’ancien président de Médecins sans frontières Rony Brauman, des figures de la Résistance… Mercredi 28 août, c’est un site un peu particulier qui a fait son apparition sur Internet. Le « Manifeste des 30 », signé par trente médecins, philosophes et personnalités, entend « rappeler au laboratoire Servier et à la profession médicale leurs obligations légales et morales ».

A l’origine de cette initiative, la pneumologue Irène Frachon, lanceuse d’alerte de l’affaire Mediator, cet adjuvant au diabète détourné comme coupe-faim et retiré du marché en 2010 pour sa dangerosité. Une affaire dont on attend toujours le procès pénal et pour laquelle Servier est mis en examen à plusieurs titres. Ce sont les premiers couacs apparus dans l’indemnisation des victimes au civil qui ont poussé Irène Frachon à agir. De nombreux dossiers, dont certains très graves, ont été réglés à l’amiable par le laboratoire, certains patients pouvant recevoir plusieurs centaines de milliers d’euros.

Par ailleurs, des milliers de dossiers sont évalués par les experts de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam), dont 1300 ont été transmis à Servier pour indemnisation. Problème, quelques cas de défaut de paiement ont été récemment enregistrés de la part du groupe pharmaceutique. "Il n’y a que deux dossiers pour lesquels on a eu un petit retard de quelques jours, assure l’avocat de Servier, Jacques-Antoine Robert. Sur tous les dossiers traités, seuls 3% des patients ont refusé les offres de Servier. La polémique porte sur six dossiers sur lesquels il y a un débat méthodologique avec l’Oniam."

un cas d’école

"Ce refus officiel de Servier de verser une indemnisation décente pour les problèmes cardiaques les plus graves devient absolument insupportable, explique Irène Frachon à L’Usine Nouvelle. Or ce que je vois depuis cinq ans, c’est que le sponsoring de Servier continue de manière éhontée, notamment dans les congrès de cardiologie pour promouvoir son traitement Procoralan…" Avec l’appui de ces trente personnalités, elle appelle donc Servier et la communauté médicale à suspendre leurs partenariats.

Mais pourquoi cibler ce laboratoire, alors qu’au sein de l’industrie pharmaceutique, plusieurs entreprises également impliquées par le passé dans des scandales sanitaires continuent de subventionner des évènements médicaux et de tisser des liens d’intérêt avec des médecins ? "Les formes de cet engagement de Servier en faveur de la recherche respectent les exigences de transparence et l’éthique médicale", réplique d'ailleurs l’industriel.

"J’échange avec des victimes du Mediator tous les jours. J’ai des patients qui sont morts cet été, répond la pneumologue brestoise. Je suis face à un drame qui en soit suffit à expliquer cet appel. Le Mediator est un cas d’école. Il pose de manière plus générale la question : comment changer la grille de lecture, rappeler le devoir éthique, la responsabilité des médecins face à leurs patients, et notamment celle de refuser un partenaire qui ne serait pas recommandable?"

Désormais ouverte à tous, la pétition a été signée, en deux jours, par plus de 2 300 internautes, dont de nombreux membres du corps médical. "Nous sommes évidemment très affectés par cette pétition signée par des gens de très grande qualité, estime Jacques-Antoine Robert. Le problème c’est que le postulat de départ est faux : ce qui leur a été dit n’a visiblement pas été vérifié." Pour l'instant, aucune date n’a été donnée pour la tenue du procès pénal.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

06/09/2015 - 16h48 -

S'il vous plaît, pour réagir à une information, il faut se documenter, Servier et Biogaran.

Et je rappelle qu'une entreprise pharmaceutique n'a aucun intérêt à voir mourir ces patients/clients !

Si les causes étaient connus, qu'ils soient condamnés mais n'oublions que tous les laboratoires pharmaceutiques cherchent plus à sauver des vies qu'à en perdre.
Répondre au commentaire
Nom profil

28/08/2015 - 21h52 -

SERVIER et BOUGARAN (médicaments génériques) doivent être boycottés....
Sinon l'état, pour être remboursé des frais de procédure et de compensation, doit nationaliser et revendre cette entreprise voyou !
Je fais partie des victimes légères (ex-sportif haut niveau) avec PB cardiaques...
VOYOU ! (Lire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Servier)
En plus il a organisé sa succession pour éviter les saisies (Comme un certain Maurice PAPON) Où en est-on sur ces voyous ?
Dormez en paix braves gents les gouvernements successifs vous protégent ((MAL)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte