Le maïs transgénique de Bayer autorisé en France

Surprise, noir sur blanc, en plein été. Le Journal Officiel a publié le décret permettant à Cropscience, la division agrochimique de Bayer, d’exploiter sous toutes ses formes dans l’Hexagone les droits qu’il détient sur le maïs OGM T25.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le maïs transgénique de Bayer autorisé en France

En apparence calme, l’été réserve bien des surprises. Notamment pour les lecteurs du Journal Officiel de la République française. Un décret du ministère de l’Agriculture, publié dans l’édition du mercredi 4 août, a semé l’inquiétude parmi les opposants aux OGM (organismes génétiquement modifiés). Le maïs OGM T25, dont a branche agro-industrielle du groupe pharamaceutique Bayer détient les droits, est désormais inscrit au catalogue officiel français des semences. En fait, le gouvernement français avait ouvert la porte le 20 juillet dernier. Ce dernier avait inscrit deux variétés de maïs T25 dans le catalogue officiel des espèces et des variétés cultivées (au total, 38 variétés de maïs OGM ont été inscrites ce jour-là). Mais le fait que le décret soit apparu noir sur blanc dans le J.O. en plein été a relancé la polémique qui couvait.

catalogue des plantes autorisées

Pas facile d'y voir clair dans la législation actuelle! Certes, la culture, la transformation, la commercialisation, l’importation de l’OGM T25
sont autorisées dans l’espace européen en vertu d’une directive remontant à 1998. Mais il s'agit d'une condition nécessaire et non suffisante. En réalité, pour être utilisée à ces diverses fins dans un ou plusieurs pays de l’Union, une culture transgénique, quelle qu'elle soit, doit préalablement se voir inscrite au catalogue des plantes autorisées dans l’un des pays membres. A charge, pour chacune des administrations nationales, ensuite, d'accorder ou non son feu vert sur le territoire soumis à son autorité. En outre, en France, l'utilisation d'une clause de sauvegarde implique que même en cas d'autorisation, la semence ne pourrait jamais être cultivée : elle ne pourrait qu'être commercialisée.

Or, le maïs T25 jouit d’une très mauvaise réputation, à tel point qu’il a été banni du territoire d’un pays comme l’Autriche, ce que les dirigeants de Bayer Cropscience se gardent bien de rappeler. Au Brésil, de surcroît, sa culture a de même été prohibée par la justice fédérale le 28 juillet dernier, sous la pression redoublée d’un collectif d’ONG. Le pays de la canne à sucre était l'un des rares, avec les Etats-Unis, le Canada et l'Argentine, à autoriser la culture du T25.

La division agrochimie de Bayer est donc accusée, par des ONG européennes, à commencer par Greenpeace, d’avoir profité de la compréhension et de la tolérance des autorités de l’Hexagone, moyennant le lobbying que l’on imagine, pour «trouver la faille» estivale. Un tapis rouge selon les détracteurs du groupe lui permettant de commercialiser une plante aussi contestée sur d’autres marchés européens.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Bayer répond

Afin d’arrondir les angles, les dirigeants de Bayer Cropscience ont juré, la main sur le cœur, qu’ils n’aspiraient pas à vendre cette semence en Europe. Selon eux, tout soupçon en la matière serait infondé. «Il n’y a pas anguille sous roche», a déclaré François Thiboust, directeur des affaires publiques du semencier établi à Lyon, amené à se justifier alors qu’il se trouvait en vacances. «Encore faudrait-il, pour le vendre avoir l'autorisation d'utiliser le glufosinate d'ammonium sur le maïs et nous n'avons pas déposé de dossier en ce sens», a-t-il précisé. La principale caractéristique de ce maïs est d'être tolérant à cet herbicide, non autorisé aujourd'hui pour la culture du maïs.

%%HORSTEXTE:%%

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS