Le "made in France", un surcoût de 100 à 300 euros par mois pour les ménages

Selon une étude du Centre de recherche et expertise sur l'économie mondiale (Cepii) publiée en juin, le surcoût pour un ménage français d'acheter des produits "made in France" représenterait, dans une fourchette large, 1 270 à 3 770 euros par an.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le

L'étude du surcoût du "made in France" pour les ménage français menée par le Cepii contient bien des enseignements. Mise au jour par Les Echos du 14 août, cette étude révèle qu' "un quart de notre consommation de biens porte sur des biens en provenance des pays de délocalisation et permet au consommateur final de réaliser des gains de pouvoir d'achat substantiels".

Le Cepii a procédé au calcul du surcoût lié à acheter français les produits actuellement importés en provenance des pays de délocalisation. Le quart de ce surcoût proviendrait de l'achat des articles en cuir (sacs essentiellement), puis viennent le petit matériel électrique et les vêtements et sous-vêtements.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Par an, ce surcoût représenterait d'après l'étude de 1 270 à 3 770 euros par an, soit entre 100 et 300 euros par mois.

"Un écart de prix de 1 à 3 ne signifie pas que les consommateurs dépenseraient 3 fois plus pour le même bien s'il était fabriqué en France,
en raison des marges de distribution", tempère le document.

"Ainsi, une paire de chaussures de sport fabriquée en Indonésie, vendue 100 euros au consommateur français et coutant 50 euros en douane, reviendrait à 200 euros si elle était produite en France, si la différence de prix en douane est de 1 à 3 et si la marge du distributeur est de 50 euros dans tous les cas. Mais l'économie potentielle pour le consommateur est bien de 100 euros soit la différence de prix en douane sous notre hypothèse", étayent les auteurs de l'étude.

Pour autant, selon l'un d'eux interrogé par Les Echos, "la logique d'opposition entre produits importés et produits fabriqués en France ou entre industrie et service n'a pas de sens. L'enjeu pour la France est d'être suffisamment attractive et de rendre ses entreprises plus compétitives et innovantes".

(Not) Made in France_lettre Du Cepii, Juin 2013 by L'Usine Nouvelle

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS