Le "made in France", un surcoût de 100 à 300 euros par mois pour les ménages

Elodie Vallerey

Publié le

Document Selon une étude du Centre de recherche et expertise sur l'économie mondiale (Cepii) publiée en juin, le surcoût pour un ménage français d'acheter des produits "made in France" représenterait, dans une fourchette large, 1 270 à 3 770 euros par an.

Le made in France, un surcoût de 100 à 300 euros par mois pour les ménages

L'étude du surcoût du "made in France" pour les ménage français menée par le Cepii contient bien des enseignements. Mise au jour par Les Echos du 14 août, cette étude révèle qu' "un quart de notre consommation de biens porte sur des biens en provenance des pays de délocalisation et permet au consommateur final de réaliser des gains de pouvoir d'achat substantiels".

Le Cepii a procédé au calcul du surcoût lié à acheter français les produits actuellement importés en provenance des pays de délocalisation. Le quart de ce surcoût proviendrait de l'achat des articles en cuir (sacs essentiellement), puis viennent le petit matériel électrique et les vêtements et sous-vêtements.

Par an, ce surcoût représenterait d'après l'étude de 1 270 à 3 770 euros par an, soit entre 100 et 300 euros par mois.

"Un écart de prix de 1 à 3 ne signifie pas que les consommateurs dépenseraient 3 fois plus pour le même bien s'il était fabriqué en France,
en raison des marges de distribution", tempère le document.

"Ainsi, une paire de chaussures de sport fabriquée en Indonésie, vendue 100 euros au consommateur français et coutant 50 euros en douane, reviendrait à 200 euros si elle était produite en France, si la différence de prix en douane est de 1 à 3 et si la marge du distributeur est de 50 euros dans tous les cas. Mais l'économie potentielle pour le consommateur est bien de 100 euros soit la différence de prix en douane sous notre hypothèse", étayent les auteurs de l'étude.

Pour autant, selon l'un d'eux interrogé par Les Echos, "la logique d'opposition entre produits importés et produits fabriqués en France ou entre industrie et service n'a pas de sens. L'enjeu pour la France est d'être suffisamment attractive et de rendre ses entreprises plus compétitives et innovantes".

(Not) Made in France_lettre Du Cepii, Juin 2013 by L'Usine Nouvelle

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

22/08/2013 - 14h21 -

Un grand bravo au CEPII pour cet article financé par les deniers publics qui essaie de démontrer qu'accroitre le déficit commercial est bon pour les français.

Je suis très étonné du traitement médiatique qui est fait de cette étude et de notamment l'absence de sens critique des journalistes.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/08/2013 - 13h55 -

Tout ceci est faux , archi faux ! Car cette étude ne prends en compte que le prix réellement payé en caisse , mais fait complètement l'impasse sur tout le reste , très bien expliqué par F.Bayrou lors des présidentielles : quand vous achetez un produit français vous payez en même temps de la sécurité sociale, des salaires en France , des investissements en France , des cotisations diverses en France , de la recherche, etc...qui nous profitent et nous rendent plus riches au final !
Si on ne parle pas de ces critères l'étude est complètement faussée ! C'est tout simplement incroyable une telle incompétence à ce niveau donc c'est voulu...mais pourquoi ?
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte