Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le lyonnais Jieldé, icône de l'art industriel

, , ,

Publié le

Made in France

Le lyonnais Jieldé, icône de l'art industriel
Souvent copiée, jamais égalée, la lampe JLD.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La lampe Jieldé est emblématique des Trente Glorieuses, d’une certaine France industrielle. Elle a été conçue à la fin des années 1940 par Jean-Louis Domecq, un mécanicien lyonnais qui cherchait à mieux éclairer les machines-outils sur lesquelles il travaillait. C’est un objet simple et robuste, doté de deux bras articulés et d’un cercle pour faciliter sa manipulation et s’adapter à tout poste de travail. Depuis la création de la société en 1953, cette lampe nommée JLD - les initiales de son créateur - a équipé des milliers de machines dans le monde entier.

Sans changer de look. Ses bras sont toujours en acier, son socle en fonte d’aluminium. Elle a conservé un réflecteur et dans le creux de ses articulations de simples contacts électriques qui lui permettent de faire passer le courant, sans tordre ni fragiliser un fil électrique. Autre secret de sa robustesse, elle est encore fabriquée à la main dans l’atelier de la société à Saint-Priest, près de Lyon (Rhône). Chaque exemplaire est numéroté. Au fil des ans, la lampe Jieldé, vert Vespa ou gris dans sa version standard, s’est colorée, a démultiplié ses bras, s’est transformée en applique murale, lampadaire, suspension, devenant un objet de décoration à partir de 1997.

Elle a donné naissance à une réplique plus petite en 2003. Elle se décline en une quinzaine de modèles et en série limitée, à la demande, comme par le passé pour Le Bon Marché à Paris. Alors qu’elle avait failli disparaître dans les années 1990, la société (17 personnes) a été reprise en 2008 par son directeur commercial, Philippe Bélier. Moult fois copiée mais jamais égalée, elle reste une "icône de l’art industriel français", selon le responsable de Jieldé, Olivier Linares. Il s’en fabrique 15 000 à 20 000 par an.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle