Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Dubai Aerospace Enterprise discute avec Airbus et Boeing d'une commande de 400 avions

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/05/2018 À 07H25

Dubai Aerospace Enterprise entreprend des discussions avec Airbus et Boeing pour une énorme commande de 400 avions monocouloirs. L'entreprise publique des Émirats arabes unis songe à agrandir sa flotte via des acquisitions en cas de décaccord avec les deux constructeurs.

Dubai Aerospace Enterprise discute avec Airbus et Boeing d'une commande de 400 avions
DAE discute avec Airbus et Boeing au sujet d'une commande de 400 appareils monocouloirs.
© Airbus

Dubai Aerospace Enterprise (DAE), l'un des principaux loueurs d'avions au monde, discute avec Airbus et Boeing au sujet d'une commande de 400 appareils monocouloirs et est prêt à développer sa flotte par le biais d'acquisitions si les discussions n'aboutissent pas, a déclaré le jeudi 17 mai son directeur général à Reuters.

L'acquisition d'un concurrent permettrait du même coup à DAE d'accéder à la liste des appareils qu'il aura pu commander.

DAE, entreprise publique des Émirats arabes unis, est intéressé par des Airbus de la famille A320neo et par des 737MAX de Boeing. En 2017, l'achat du loueur dublinois AWAS a permis à DAE de porter sa flotte à 400 avions environ, a précisé Firoz Tarapore.

Le directeur général a ajouté que si accord il y avait, il ne serait pas forcément partagé à égalité entre les deux avionneurs. Il a précisé que pour l'heure les conditions de prix ne le satisfaisaient pas.

Une commande à 34 milliards d'euros au prix catalogue

Une telle commande représenterait une quarantaine de milliards de dollars (autour de 34 milliards d'euros) au prix catalogue mais les clients obtiennent le plus souvent une remise.

Boeing a refusé de s'exprimer sur le sujet. Airbus n'a pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires.

Les deux constructeurs ont déjà des carnets de commandes pleins pour plusieurs années et dégager encore des capacités de production risque d'être difficile s'il faut le faire pour honorer une grosse commande.

 

Avec Reuters (Alexander Cornwell; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus