Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le limougeaud Texelis annonce un second programme d'investissements

, , , ,

Publié le

L'équipementier installé au Palais-sur-Vienne près de Limoges (Haute-Vienne) va investir 4 millions d'euros pour conforter son développement.

Le limougeaud Texelis annonce un second programme d'investissements
Site Texelis de Palais-sur-Vienne
© Texelis

Repris en 2008 par l'homme d'affaires Philippe Frantz, suite à sa cession par Renault Trucks Défense, l'équipementier Texelis vient de dévoiler son deuxième programme d'investissements pour 2013-2014 qui atteindra 4 millions d'euros.

Une nouvelle ligne de traitement thermique sera installée pour remplacer celle en fonctionnement depuis quarante ans. Cela va de pair avec une réorganisation de l'un des ateliers et l'acquisition d'outils d'usinage spécifiques. Les travaux sont en cours, cette ligne sera opérationnelle dans le courant de l'année.

"En outre nous allons prochainement passer commande d'équipements qui représentent une rupture technologique, annonce Charles-Antoine de Barbuat, le directeur général de Texelis, nous serons ainsi les premiers industriels en France et parmi les premiers en Europe à utiliser ce nouveau procédé de fabrication qui arrive tout juste à maturité. Nous allons pouvoir internaliser la production de pièces de nos ponts, en l'occurrence des engrenages et les couples spiro-coniques. L'usinage sera effectué à l'aide de plaquettes de carbure en remplacement des fraises, tourteaux et meules en acier rapide. Ce procédé est très performant pour les petites et moyennes séries qui constituent notre cœur de métier. Nous sommes actuellement en négociation avec nos fournisseurs".

Le plan d'investissements précédent, qui était programmé sur 2011-2012, vient d'aboutir avec la mise en service depuis deux semaines d'un centre d'usinage de grande capacité et d'une ligne d'assemblage dédiée aux ponts de camions quatre roues motrices pour un montant de 1,6 million d'euros.

L'équipementier qui conçoit et fabrique des ponts et chaînes cinématiques de haute performance pour trois secteurs traditionnels - le ferroviaire (métro, tramway), la défense (camions et blindés à roues) et les véhicules tout terrain -, compte développer deux axes supplémentaires : les engins spéciaux non immatriculés (travaux publics) et le partenariat avec le consortium Michelin pour la mise au point de la roue motorisée qui pourrait sortir en série à partir de 2018.

L'entreprise ne prévoit pas de recrutements à moyen terme, plus de 50 salariés dont une moitié de cadres ont été embauchés ces dernières années. Des créations de postes sont envisagées pour les programmes de production qui aboutiront à l'horizon 2014-2015.L'entreprise compte 325 salariés et a réalisé, l'an dernier, un chiffre d'affaires de 69 millions d'euros.

Corinne Mérigaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle