Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le Leem veut un plan pour promouvoir les biomédicaments français

Coralie Lemke ,

Publié le

Le Leem, le syndicat des laboratoires pharmaceutiques, a réalisé une cartographie des sites de production de biomédicaments en France. La France serait très en retard selon ce rapport.

Le Leem veut un plan pour promouvoir les biomédicaments français
La France se situe loin derrière les Etats-Unis dans le domaine de la bioproduction de médicaments.
© D.R. - Leem

En matière de biomédicaments, la France est loin derrière les Etats-Unis. Le retard de ce secteur, qui regroupe tous les médicaments produits à partir d'une source biologique, comme les vaccins, les médicaments dérivés du sang ou du plasma humain, alarme le Leem, principal syndicat du milieu pharmaceutique.

Depuis 2012, sur les 76 biomédicaments (hors vaccins et biosimilaires) ayant reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM), seuls deux ont été fabriqués en France. A côté, les Etats-Unis en ont produit 37. Ajouté à cela, la France est passée de la première à la quatrième place dans la production de médicaments en Europe.

Pour y voir plus clair, le Leem a réalisé une cartographie de la bioproduction en France en partenariat avec le cabinet AEC Partners. "Sur 32 sites de production situés dans l’Hexagone, près de la moitié des acteurs sont de petite taille et ne peuvent pas produire de lots. 16 proposent la fabrication de lots cliniques, dont six qui proposent également des lots commerciaux", explique Marc Nomaksteinsky, consultant chez AEC partners. Et la production française dépend énormément des vaccins. 63% des 8463 emplois de la bioproduction sont situés dans quatre sites produisant des vaccins : Sanofi Pasteur à Marcy l’Etoile, Neuville sur Saône et Val de Reuil et Mérial à Saint-Priest.

Une offre "lisible et sexy"

"Nos voisins italiens ont mis les bouchées doubles. Les Irlandais aussi ont réussi à créer des innovations de rupture. Il est nécessaire pour nous aussi de se regrouper et de faire travailler ensemble tous les acteurs", estime Thierry Ziegler, responsable du département des bioprocédés chez Sanofi.

Pour rétablir la situation, Patrick Errard, le président du Leem, mise sur le Conseil stratégique des industies de santé (CSIS) qui aura lieu en juillet. "Le développement de cette filière doit s’inscrire dans les travaux du prochain CSOS. Car rater ce virage, ce serait rater le virage de la médecine de demain." Il vise pour cela la création d’une filière d’excellence, un lien plus fort entre les écoles et les entreprises mais aussi l’émergence d’une structure qui polariserait ces activités. "Il faut que cette offre soit lisible et sexy, comme une évidence pour les investisseurs", insiste Patrick Errard. Reste à savoir quelle direction le gouvernement voudra donner à sa politique industrielle en matière de santé. 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus