Electronique

Le langage XML décloisonne l'informatique

Publié le

Dossier Les nouveaux serveurs XML vont normaliser les échanges entre les applications d'une entreprise et les préparer au commerce électronique. Les grands de l'informatique fourbissent leur offre.

Le langage XML décloisonne l'informatique

Sommaire du dossier

Une nouvelle bataille couve sur le terrain de l'informatique d'entreprise. Une autre race de solutions logicielles va débarquer sur le marché français : les serveurs XML (Extensible Markup Language). Ces produits répondent au besoin croissant de faire communiquer l'ensemble des applications qui prolifèrent au sein du système d'information d'une entreprise. Un serveur XML se présente sous la forme d'un logiciel qui traduit les messages de telle application pour les transmettre dans le langage de telle autre. Le langage XML sert de " lingua franca " à ce serveur, en attendant le jour où toutes les applications parleront couramment cette langue et pourront dialoguer directement entre elles. Tous les grands noms du progiciel évaluent la possibilité d'ajouter à leur produit une interface XML. Si les problèmes d'intégration des applications ne datent pas d'hier, toutes les solutions de communication s'appuyaient jusque-là sur des technologies propriétaires. Né de l'Internet, le langage XML est normalisé et ouvert. Un atout conforté par le ralliement de tous les fournisseurs d'applications informatiques, éditeurs de progiciels de gestion intégrés comme SAP, Baan ou Peoplesoft en tête. En plus de cette mission d'intégration, le serveur XML facilitera l'ouverture du système d'information de l'entreprise à ses partenaires commerciaux (fournisseurs, clients,...). Là encore, la normalisation du langage XML devrait lui permettre de tenir le rôle jusqu'alors dévolu à l'EDI (échange de données informatiques), l'ouverture aux techniques du Web et au commerce électronique en prime. Une effervescence autour des serveurs XML Après les start-up américaines telles que Bluestone Software ou Object Design, c'est au tour des grands noms de l'informatique comme Software AG, Microsoft ou IBM de fourbir leur offre. Oracle, numéro 1 des bases de données relationnelles, ne pouvait ignorer l'effervescence autour des serveurs XML. Son objectif : fournir le noeud pour le dialogue entre les applications informatiques d'une entreprise, progiciels de gestion en tête, et préparer le système à l'ouverture au commerce électronique. Bientôt disponible, sa solution Integration Server mettra en relation les progiciels SAP R/3, Oracle CRM (Customer Relationships Management) et Oracle Applications à travers le langage XML. Les messages échangés seront stockés dans la base de données maison Oracle 8i. Attendue au premier semestre, l'offre BizTalk de Microsoft vise, elle, à définir en XML l'ensemble des processus métier d'une entreprise, qu'ils soient horizontaux (ca- talogues, ordres de commandes...) ou verticaux (finance, distribution...). Pour Jean-Christophe Bernadac, directeur technique de la société Cosmosbay et coauteur de l'ouvrage " Construire une application XML "(*), ces deux offres concurrentes sont promises à un bel avenir : " Oracle adopte une approche pragmatique, intégrant toutes les applications d'une chaîne commerciale, en premier lieu l'existant Oracle. Quant à BizTalk, de Microsoft, il se présente plus comme une plate-forme d'intégration indépendante, particulièrement vis-à-vis du système de gestion de bases de données. L'intérêt de BizTalk est de mettre l'accent sur l'ouverture de l'entreprise à ses partenaires. " IBM entend également accompagner ses comptes dans le passage à l'ère du commerce électronique. Il réalise l'ajout de XML au niveau de l'ensemble de sa gamme de logiciels. (*) Editions Eyrolles Un descendant " intelligent " de HTML C'est au sein du consortium W3C (World Wide Web Consortium) que se décide l'évolution de XML. Vis-à-vis du langage HTML (Hyper Text Markup Language), qui doit son succès à son utilisation pour l'affichage des pages Web, le langage XML procure deux avantages. Il permet de définir la structure d'un document indépendamment de son contenu, ce qui facilite la gestion et la mise à jour des informations publiées par un site Web. De plus, il autorise le développeur à ajouter ses propres commandes, ce qui lui vaut son qualificatif d'extensible. Ces deux qualités proviennent du langage SGML (Standardized General Markup Language). Ce dernier a fait ses preuves dans le domaine de la gestion électronique de documents. Mais, trop lourd pour de petits projets, il a été délesté de ses commandes souvent inutilisées. Le sous-ensemble qui en a résulté a été associé aux qualités du HTML pour la publication en ligne, le tout donnant naissance au XML. Initialement pressenti pour succéder au langage HTML, XML a vu ses perspectives d'utilisation s'élargir. Face à la complexité croissante des systèmes d'information qui doivent en même temps s'ouvrir au Web, XML apparaît en effet comme la solution de discussion universelle.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte