Le Landais Gascogne pourrait investir 60 millions en 2017 et 2018

Le numéro un français de la filière bois, Gascogne, qui a son siège à Saint-Paul-lès-Dax (Landes), retrouve des couleurs et préparer le lancement d’un plan d’investissement de 60 millions d’euros en 2017 et 2018

Partager


Gascogne, qui avait un appareil de production vieillissant, réinvestit. Cinquante millions d’euros ont déjà été engagés à ce jour. Deux cellules recherche et développement vont ouvrir en octobre 2015 à Dax (Landes) pour la partie emballage (papier, sacs et produits complexes) et à Castets (Landes) pour la partie bois.

Fin 2015, les nouveaux laboratoires de Castets pour la filière bois incluant le design et celui de Dax pour l'emballage et les sacs seront opérationnels. Douze personnes vont y travailler. En outre, la nouvelle chaudière pour l'usine de Mimizan (Landes), un investissement de 28 millions d'euros, sera en service en mars 2016. Quant à la nouvelle unité de coupe aboutage de Saint Symphorien (Gironde), elle fonctionnera à partir d'octobre 2015.

Une autre vague d’investissements envisagée

Dominique Coutière voit déjà plus loin et souhaiterait à nouveau investir 60 millions d’euros entre 2017 et 2018 sur la papeterie de Mimizan, entre autres sur le site de Gascogne Paper. Mais, pour l’heure, ce n’est qu’un projet. Il faudra trouver les ressources financière et notamment séduire les banques. Une tache, qui ne sera pas simple, avec un endettement qui est encore de 100 millions d’euros.

Il y a deux ans, Gascogne, numéro 1 français de la filière bois, était au bord du dépôt de bilan. Il affichait une dette de 150 millions d’euros. Mais, depuis son rachat par des investisseurs landais (Biolandes, DRT) accompagnés par le Crédit agricole et BpiFrance, il a retrouvé une dynamique. C’est désormais Dominique Coutière, patron fondateur de Biolandes à Le Sen (Landes), qui tient les rênes de l’entreprise depuis juin 2014, en association avec DRT.

Au premier semestre 2015, Gascogne a clôturé avec un excédent de 7 millions d'euros, contre un résultat négatif de 7 millions d'euros en 2014, à la même époque. Le groupe bénéficie de la baisse du prix du pétrole, de réorganisations internes et de la progression de sa branche papier de 14 %.

Nicolas César

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

GASCOGNE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité Développement Système F/H

Safran - 10/11/2022 - CDI - Éragny

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - PARIS HABITAT OPH

Fourniture de bois et de matériel de menuiserie

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS