Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le laboratoire LFB va implanter une nouvelle usine à Arras

, , , ,

Publié le

Le Laboratoire français de fractionnement et des biotechnologies (LFB) annonce avoir déposé le permis de construire de son nouveau site de production à Arras (Pas-de-Calais). Un investissement de 300 millions d’euros devant générer la création de 500 emplois d’ici cinq ans.

 

L’information circulait depuis trois mois. C’est finalement à Arras (Pas-de-Calais) et non dans la métropole lilloise que le Laboratoire français de fractionnement et des biotechnologies (LFB) va créer son nouveau site de production. Cette usine sera dédiée à la production d’une nouvelle génération de médicaments dérivés du plasma : immunoglobulines, fibrinogènes et albumine.

Après avoir étudié sept sites potentiels en France, LFB a décidé de s’implanter dans la zone industrielle Actiparc gérée par la communauté urbaine d’Arras, du fait de la proximité de la métropole lilloise, d’un vaste foncier disponible et pré-équipé, ainsi que d’un grand réseau autoroutier. Le site choisi s’étend sur 15 hectares avec une occupation initiale de 9 hectares et une réserve foncière de 6 hectares pour, au-delà de 2020, de futurs développements de capacité et de nouveaux ateliers, précise le laboratoire LFB.

Cette usine va générer un investissement de l’ordre de 300 millions d’euros et permettre la création, d’ici cinq ans, de 500 emplois.

Le nouveau site de production dénommé "usine 2020" vise, "d’ici dix ans, à tripler la capacité globale de production de médicaments dérivés du plasma du groupe LFB, d’optimiser les coûts de production afin de renforcer la compétitivité de l’entreprise dans un domaine très technologique et de répondre aux plus hauts standards mondiaux afin de produire pour le monde entier", explique Sandrine Charrières, directrice de communication du groupe LFB.

L’exportation, qui génère 28 % du chiffre d’affaires en 2014, couvre actuellement 40 pays, et en particulier, l’Europe, l’Amérique latine, et l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen.

L’organisation du site s’inscrit dans une démarche de "design to cost" précise Sandrine Charrières. L’objectif du groupe LFB est de mettre en place une méthode de production très compétitive sur le marché international, en termes de qualité et de prix.

La plus forte implantation du groupe LFB en France

Dans le Nord-Pas-de-Calais, le groupe LFB emploie à ce jour, 600 personnes. Il dispose d’une unité de production historiquement implantée rue de Trévise, au cœur de Lille (Nord), d’un centre de recherche basé au parc d’activités d’Eurasanté et d’une plateforme logistique située à Carvin (Pas-de-Calais). Avec la perspective de la nouvelle usine d’Arras, la région Nord va concentrer la plus forte implantation du groupe LFB en France

Cette nouvelle implantation ne devrait pas, assure le groupe, mettre en péril, le site lillois, même si de nombreux transferts d’emplois devraient s’opérer entre Lille et Arras. "L’augmentation de nos activités d’ici cinq à sept ans va permettre de maintenir le même niveau d’emploi à Lille", estime Sandrine Charrières.

LFB dispose de cinq sites de production : un aux Etats-Unis (à Charlton, Massachusetts) et quatre en France, à Lille, Alès (Gard) et deux aux Ulis (Essonne). Le groupe est le sixième acteur mondial et le leader en France dans le domaine des médicaments dérivés du plasma. LFB a réalisé un chiffre d’affaires global de 502 millions d’euros en 2014, contre 465 millions d’euros en 2012 et 477 millions d’euros en 2013. Il emploie plus 2 016 personnes.

Le 15 avril 2015, Christian Béchon, PDG du groupe LFB, avait publié, sur usinenouvelle.com, une lettre ouverte pour exprimer publiquement son soutien à la loi Macron. Celle-ci prévoit l’ouverture du capital de LFB, détenu à 100 % par l’État, à des organismes publics. L’enjeu est, une fois la loi adoptée, de permettre à Bpifrance de participer au financement de la nouvelle usine d’Arras.

Francis Dudzinski
 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/06/2016 - 09h27 -

Non, il n'y aura pas création de 500 emplois. L'usine de Lille 850 emplois sera délocalisée dans cette nouvelle structure robotisée.... Perte d'emplois 350 !!!!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle