Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le laboratoire israélien Teva dément vouloir supprimer 6000 postes

, ,

Publié le , mis à jour le 23/03/2017 À 14H40

Teva Pharmaceutical Industries a dit, jeudi 23 mars, vouloir mettre un terme à ses activités déficitaires et geler les recrutements, mais a précisé que le chiffre de 6000 suppressions de postes évoqué par des médias israéliens était inexact.

Le laboratoire israélien Teva dément vouloir supprimer 6000 postes © Baz Ratner / Reuters

Plus tôt dans la journée, deux sites d'informations financières israéliens avaient séparément rapporté que le premier fabricant mondial de génériques pourrait supprimer entre 2000 et 6000 postes à travers le monde, soit jusqu'à 11% de son effectif global. Les chiffres cités par les médias sont inexacts, a déclaré la première société cotée israélienne dans un communiqué.

"Un plan efficace fait partie intégrante de la réalité des activités de Teva. Le plan inclut, entre autres choses, la fin des activités déficitaires, le regroupement de fonctions, en plus du gel des recrutements et du renouvellement naturel des employés", indique la société. "Nous aimerions souligner que les chiffres publiés par les médias sont incorrects", ajoute-t-elle.

L'entreprise, cotée à Tel Aviv et à New York, emploie 57 000 personnes à travers le monde.

L'année 2016 a été difficile pour le groupe, avec notamment des acquisitions coûteuses et des retards de lancement de nouveaux médicaments. Depuis le début de l'année, l'action cotée à New York accuse une baisse de 10,04% après avoir déjà plongé de 44,8% en 2016.

Teva est sans directeur général permanent depuis février après la démission d'Erez Vigodman, victime de la défiance des investisseurs vis-à-vis du groupe. Yitzhak Peterburg assure les fonctions de directeur général par intérim. Teva a déjà supprimé une centaine de postes en Israël, selon Calcalist, l'un des sites d'informations financières mentionnés.

(Reuters)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle