Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Le kit de survie en entretien d’embauche (ou de stage) chez Orange

Cédric Soares , ,

Publié le

En quinze ans, Orange a mué de monopole d’Etat en une multinationale du numérique présente dans 29 pays. Le groupe s’apprête maintenant à devenir... une banque en ligne. Autant dire que les profils et les compétences recherchés par Orange sont variés. Mais avant d'arriver en entretien, voici cinq informations essentielles sur l’opérateur qu'il vaut mieux avoir en tête.

Le kit de survie en entretien d’embauche (ou de stage) chez Orange © D.R.

Candidats à l’embauche, attention !  A l’heure où les entreprises cultivent leur marque employeur pour séduire les meilleurs profils (cf. la page Orange jobs), les informations qui circulent sur l’entreprise de vos rêves sont souvent incomplètes, voire fausses. Pour montrer lors de vos échanges avec l’entreprise, qu’on ne vous la fait pas, voilà cinq informations clés qu’il vaut mieux avoir en tête.

Les vraies data

2013 : France Télécom devient Orange

40,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal clos en décembre 2016.

263 millions de clients dont 202 millions sur le mobile et 18 millions sur le haut débit fixe.

155 000 collaborateurs dans le monde, dont 96 000 en France. Le groupe est présent dans

29 pays à travers le monde.

La petite histoire

Historiquement monopole d'Etat (le ministère des Postes et Télégraphes a été créé en 1878) C'est l'Europe qui a ouvert le secteur des télécoms à la concurrence poussant l'Etat français à créer l’entité France Télécoms en 1988. Le groupe devient exploitant autonome de droit public autonome de l’Etat en 1990, puis société anonyme en 1996. En 2000, France Télécom s'offre à grands frais l'opérateur britannique Orange. Il en utilise rapidement le nom pour ses opérations commerciales, avant de l'adopter définitivement en 2013. 

L’idée fausse

Orange est perçu comme un groupe essentiellement français, contrôlé par l’Etat. Ce n'est qu'en partie vrai. L’Etat français ne détient que 24,64% du capital, directement et via la Banque publique d'investissement et la Caisse des Dépôts et Consignations. Et si la croissance du groupe est portée par la zone Europe, notamment par l'Espagne, la France reste le principal marché d'Orange.

Le point noir

La position d’actionnaire de référence de l’Etat s’est révélée être un frein dans plusieurs projets du groupe. Le gouvernement a empêché à deux reprises la vente de Dailymotion en 2013 (à Yahoo) et en 2015 (au  groupe hongkongais PCCW). La filiale a finalement été cédée au groupe Vivendi la même année.

En 2016 les négociations entre Orange et le groupe Bouygues pour un rachat de sa filiale télécoms ont échoué. En cause la position ferme de Bercy sur la valorisation de cette dernière.  

L’info joker

Depuis 2008 le groupe est présent dans les services financiers avec Orange Money et Orange Cash. 2017 marque un tournant pour Orange avec le lancement en France de son offre de banque mobile Orange Bank, suite au rachat de Groupama Banque en 2016. La particularité d'Orange Bank, qui n'ouvrira au grand public qu'en juillet 2017, est de permettre aux clients de réaliser l’intégralité de leurs opérations bancaire depuis leur mobile ou une agence Orange.

Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus