Le jour où François Hollande a (presque) tenu sa promesse de fermer Fessenheim

Le conseil d’administration a accepté l’indemnisation négociée avec le gouvernement pour fermer la centrale de Fessenheim. Reste encore à émettre les décrets de mise à l’arrêt pour François Hollande tienne sa promesse de 2012.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le jour où François Hollande a (presque) tenu sa promesse de fermer Fessenheim
Vue aErienne de la centrale nuclEaire de Fessenheim, en bordure du grand canal d'Alsace.

Malgré la grogne des salariés d’EDF, le conseil d’administration de l’électricien, réuni ce mardi 24 janvier, s’est prononcé en faveur du mécanisme d’indemnisation négocié avec le ministère de l’Environnement et de l’Energie pour la mise à l’arrêt anticipée de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). C’est une étape clé pour pouvoir engager réellement la fermeture de la plus vieille centrale de France (1977).

Pendant la campagne de 2012, François Hollande l’avait promis, dans le cadre son accord électoral avec EELV. Le but étant d’engager la France dans une réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français de 75 à 50 %. Une première échéance de fermeture avait été annoncée à fin 2016, puis pour la fin du quinquennat. Désormais, celle-ci doit survenir lorsque l’EPR de Flamanville (Manche) démarrera en 2018, pour respecter le plafonnement de la puissance nucléaire installée comme prévu dans la loi de transition énergétique.

Un vote et deux contreparties

Le vote favorable a été possible grâce au soutien des administrateurs indépendants, à savoir Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, Laurence Parisot, Bruno Lafont, Colette Lewiner, Philippe Crouzet, Claire Pedini. Les six administrateurs salariés se sont exprimés contre et les six représentants de l’Etat n’ont pas pris part au vote pour des raisons de conflit d’intérêt.

Il a été le fruit d’une négociation avec le gouvernement. Les administrateurs ont obtenu deux contreparties en échange de ce vote. D’une part EDF va obtenir de l’Etat une prolongation de l’autorisation de chantier de l’EPR de Flamanville qui s’achève en avril 2017 et d’autre part l’autorisation du redémarrage du réacteur numéro 2 de la centrale de Paluel (Seine-Maritime) qui avait connu la chute d’un générateur de vapeur en mars 2016 lors d’un remplacement.

François Fillon opposé à la fermeture

Cependant, il reste encore quelques opérations à réaliser pour que François Hollande puisse mettre cette promesse tenue à son actif. D’une part, EDF doit déposer une demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter Fessenheim. Cette opération devra à nouveau faire l’objet d’un vote à une date qui reste à définir. Ensuite, le gouvernement pourra publier le décret d’abrogation de l’autorisation d’exploiter de la centrale alsacienne. Tout cela doit être réalisé avant l’élection présidentielle en avril et mai prochain.

Malgré le décret d’abrogation, rien n’empêchera un prochain gouvernement de revenir sur cette décision. François Fillon, candidat les Républicains, s’est déjà exprimé contre cette fermeture, Benoît Hamon, Manuel Valls (candidats aux primaires socialistes) et Emmanuel Macron (Candidat En Marche) continueront la procédure de mise à l’arrêt.

Pour l’heure, l’indemnisation acceptée ce jour par EDF pour la fermeture de Fessenheim porte "une part fixe initiale couvrant l'anticipation des coûts à engager après l'exploitation (dépenses de reconversion du personnel, de démantèlement, de taxe et de « post-exploitation »). Cette part fixe est estimée à ce jour à environ 490 millions d'euros avec une prévision de versement de 20 % en 2019 et 80 % en 2021", précise EDF dans un communiqué.

2 Commentaires

Le jour où François Hollande a (presque) tenu sa promesse de fermer Fessenheim

Decker Fernand
24/01/2017 15h:58

Fermeture purement politique d'une usine en rien obsolète, scandaleux et dispendieux, mais la France a les moyens!! En outre, bien que cette fermeture ait été annoncée il y a plus de quatre ans, il n'y a pas eu la moindre ésquisse d'une reconversion du bassin d'emploi. Merci à notre gouvernement et à sa ministre de l'écologie.

Réagir à ce commentaire
Lou Becarut
24/01/2017 17h:56

Fessenheim a fait un mort depuis son lancement? Il est sûr qu'elle nous chauffe. Par quoi va-t-on la remplacer? par trois cent quarante mille éoliennes (qui ne fonctionneront pas sous cyclone et anticyclone)? par une énergie plus sale, comme celle de Direct Energie, le privé en embuscade qui rêve de faire du pognon avec l'électricité au gaz? On va bazarder une technologie où la France est en pointe, et bientôt les chinois nous vendront leurs centrales à eux! Obscurantisme, et pétainisme industriel

Réagir à ce commentaire

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS