Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Japon s’apprête à exclure Huawei et ZTE des appels d’offre publics

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Sous la pression des Etats-Unis, le Japon se prépare à exclure dans les faits les équipementiers chinois Huawei Technologies et ZTE, mais seulement des appels d’offre publics. Une façon de ménager ses intérêts à la fois avec Washington et Pékin.

Le Japon s’apprête à exclure Huawei et ZTE des appels d’offre publics
Le Japon se prépare à exclure les équipementiers chinois Huawei Technologies et ZTE mais seulement des appels d’offre publics.
© Huawei

L’horizon s’assombrit encore plus pour Huawei Technologies et ZTE. Après les Etats-Unis, l’Australie et la Nouvelle Zélande, le Japon s’apprête à bannir à son tour les deux équipementiers chinois des télécoms. Selon The Japan Times, le gouvernement de Shinzo Abe pourrait annoncer sa décision au début de la semaine prochaine. Il justifierait sa position par des préoccupations de sécurité nationale.

Grand allié des Etats-Unis, Tokyo reprendrait à son compte les griefs de Washington qui soupçonne Huawei Technologies et ZTE de servir de cheval de Troie à la politique de cyberespionnage du gouvernement chinois.

L'intense pression des Etats-Unis

Les Etats-Unis, qui ont initié le mouvement de boycott des équipements télécoms chinois en août dernier, pressent leurs alliés d’en faire de même, avec incitations financières à la clé selon Stéphane Teral, analyste au cabinet IHS Markit, pour dédommager les opérateurs télécoms fortement engagés avec Huawei Technologies ou ZTE. Après l’Australie et la Nouvelle Zélande, le Japon est le troisième pays allié à céder. "La pression américaine est très forte sur le Japon, explique à L’Usine Nouvelle Stéphae Téral. Shinzo Abe n’a pas envie de se froisser avec Donald Trump. Son gouvernement se trouve dans une position très délicate car Huawei est très impliqué dans la R&D sur la 5G dans le pays."

C’est pourquoi il se dirigerait vers le bannissement des équipements télécoms susceptibles de poser des problèmes de sécurité... sans désigner explicitement Huawei Technologies et ZTE. L’interdiction se limiterait aux appels d’offre publics. Elle ne concernerait pas les trois opérateurs du pays : NTT (et sa filiale mobile NTT DoCoMo), KDDI et Softbank. Pris en étau entre les Etats-Unis, son plus grand allié géostratégique, et la Chine, son plus grand partenaire économique, Tokyo tenterait de ménager la chèvre et le loup avec deux objectifs contradictoires : satisfaire les demandes de Washington tout en préservant l’amélioration récente de ses relations avec Pékin.

Peu d’impact dans les faits

La décision aurait peu d’impact dans les faits. Huawei Technologies et ZTE sont aujourd’hui totalement absents des services publics japonais. Le Japon compte principalement deux équipementiers télécoms : NEC et Fujitsu. Marginalisés par les cinq grands acteurs globaux – Huawei Technologies, Nokia, Ericsson, ZTE et Cisco Systems -, ils se sont repliés sur le marché local. Dans la 5G, ils viennent de nouer des partenariats stratégiques, le premier avec Samsung Electronics, le second avec Ericsson. Une manœuvre qui vise à fermer à Huawei Technologies et ZTE le marché de la 5G dans l’archipel nippon.

Symbolique, l’interdiction japonaise n’en constituerait pas moins un obstacle de plus dans l’ambition de Huawei Technologies de dominer la 5G. Car si le géant chinois s’impose déjà comme leader mondial incontesté des équipements télécoms, il n’est encore que le numéro deux des équipements de réseaux mobiles, derrière le finlandais Nokia mais devant le suédois Ericsson. "Ces trois équipementiers sont toutefois dans un mouchoir de poche, précise Stéphane Teral. Il suffit de peu pour que Huawei prenne la première place."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle