Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Le jambon de Bayonne en opération séduction à Shanghai

, ,

Publié le

Reportage A l’occasion du Salon international de l’alimentaire (Sial) de Shanghai, qui se tient jusqu’au 15 mai, le célèbre jambon du pays basque français fait ses premiers pas dans l’empire du milieu. Le groupe Delpeyrat, seul français du secteur habilité à exporter en Chine, croit en son succès auprès des consommateurs aisés.

Le jambon de Bayonne en opération séduction à Shanghai © Adrien Cahuzac

8h00. Le Salon international de l’alimentaire de Shanghai (Sial) n’a pas encore ouvert ses portes que Pierre-Emmanuel Brotelande s’active déjà sur le stand du Jambon de Bayonne. Habillé en costume traditionnel basque, en rouge et blanc, le responsable de la communication export du Consortium du Jambon de Bayonne installe un des 17 jambons venus de France pour les faire déguster aux visiteurs professionnels.

Dès l’ouverture du salon une heure plus tard, le stand est pris d’assaut par des Chinois salivant pour obtenir une petite tranche coupée à la main devant eux. "Le but est de faire connaître cette spécialité. Beaucoup de questions sont posées sur le prix, mais aussi sur le mode de fabrication. Les Chinois sont agréablement surpris par son goût peu salé et son côté moelleux", se réjouit Pierre-Emmanuel Brotelande, qui a dû apprendre quelques mots de mandarin pour l’occasion. Une grande première pour ce produit, qui débarque pour la première fois en Chine.

Plus de six mois de préparation

Le Jambon de Bayonne, indication géographique protégée (IGP), regroupe 40 salaisonniers et près de 1 000 éleveurs dans les Pyrénées-Atlantiques pour un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros environ. Le Consortium a préparé cette "opération séduction" à Shanghai depuis plus de six mois, en collaboration avec l’interprofession porcine Inaporc qui chapeaute le stand.

La veille de l’ouverture du salon, le jambon de Bayonne était déjà au menu d’un repas organisé par Inaporc pour des responsables des autorités sanitaires et d’une soirée au consulat de France de Shanghai où étaient conviés des journalistes de la presse féminine et culinaire. Le potentiel de ventes semble énorme, selon les professionnels. Le président de la Fédération française des industries de charcuterie et traiteur (Fict), Robert Volut, parle d’une clientèle de 170 millions de personnes en Chine pour la charcuterie française.

Deux tiers de la production réalisés par Delpeyrat

Pour l’instant, seul le groupe Delpeyrat a reçu un agrément fin mars, pour exporter du jambon de Bayonne en Chine. La filiale du groupe coopératif landais Maïsadour est le premier producteur du secteur, réalisant plus des deux tiers des 1,2 million de jambons de Bayonne vendus chaque année. "Nous avons travaillé depuis deux ans pour obtenir l’agrément. Les autorités chinoises sont venues à deux reprises visiter nos installations", explique Dominique Duprat, le directeur général adjoint de Delpeyrat, qui a fait le déplacement à Shanghai, aux côtés de son directeur export, Stanislas Salembier.

"Nous estimons pouvoir vendre 50 000 jambons de Bayonne en année pleine en Chine", estime le directeur général adjoint, qui cible une population de classe moyenne aisée. Delpeyrat souhaite pouvoir livrer les premiers jambons au plus tard d’ici à neuf mois, le temps nécessaire à l’affinage. La filiale du groupe coopératif landais Maisadour fonde de gros espoirs commerciaux sur le marché chinois.

Une offre transversale

"Nous développons une offre transversale à l’export sur la gastronomie française autour de la marque Delpeyrat, avec du jambon, mais aussi du foie gras, du caviar et depuis peu du vin de Bordeaux", détaille Dominique Duprat, convaincu de la pertinence d’une offre groupée sous une seule marque pour les distributeurs. Déjà présent en Chine depuis trois ans avec des foies gras en conserve, le groupe n’a pour l’heure pas totalement arrêté ses choix en matière d’importations et de distribution sur place. Le passage par un intermédiaire parait incontournable. De lui dépendra notamment le prix qui sera proposé sur le jambon. 

Des distributeurs français comme Auchan, présent en Chine avec une cinquantaine de magasins, sont déjà prêts à accueillir les jambons du groupe coopératif dans ses rayons. "La balle est dans le camp des fabricants. La demande des Chinois pour les produits importés est de plus en plus forte. Les entreprises doivent maintenant nous proposer une solution commerciale et logistique aux meilleures conditions, nous permettant de livrer tous nos magasins dans le pays", explique Stéphane Boënnec, le directeur des achats d’Auchan en Chine. L’arrivée du jambon de Bayonne dans les assiettes des consommateurs chinois n’est plus qu’une question de semaines désormais...

A Shanghai (Chine), Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle