Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Le "guichet unique" pour les producteurs d'oeufs en difficulté calme à peine la mobilisation

Elodie Vallerey , ,

Publié le

Ce guichet unique est à destination des éleveurs de poules pondeuses en difficulté suite à la baisse du cours de l'oeuf, a annoncé le 13 août le ministre de l'Agriculture. Les producteurs d'oeufs mettent en suspens leur mobilisation.

Le guichet unique pour les producteurs d'oeufs en difficulté calme à peine la mobilisation © Aurelien - Flickr - C.C.

Suite à une réunion organisée à la préfecture de la région Bretagne avec les représentants du collectif des producteurs d'oeuf en colère le 13 août, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a procédé à une série d'annonces censées apporter une bouffée d'air frais aux éleveurs en difficulté.

Le ministère va mettre en place un "guichet unique" à destination des éleveurs en proie à des difficultés dans leurs remboursements. A la préfecture de Bretagne, un comité de suivi va être installé afin de superviser l'adoption par la profession de "mesures techniques".

L'objectif prioritaire est de lutter contre la surproduction qui touche le marché de l'oeuf depuis plusieurs mois, et fait baisser le cours de l'oeuf en Europe.

L'accroissement des vides sanitaires entre les lots de poule dans les élevages est également une solution évoquée lors de la réunion, rapporte l'AFP.

Alors qu'en France les producteurs d'oeufs sont mobilisés depuis une semaine pour protester contre cette baisse du cours, à Bruxelles, on est loin de s'inquiéter de l'impact de cette baisse des profits.

Le porte-parole du commissaire européen à l'agriculture a laissé entendre, le 13 août, que le marché de l'oeuf, touché par la surproduction, était "loin d'une situation exceptionnelle qui justifierait une intervention de l'Union européenne".

De leur côté, les éleveurs en colère ont annoncé qu'ils suspendaient provisoirement leurs actions de destruction de centaines de milliers d'oeufs. "On laisse 15 jours pour que les cours remontent, sinon les actions reprendront", a assuré l'un de leurs représentants à l'AFP à l'issue de la réunion en Bretagne.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle