Le groupe pétrolier BP va supprimer 10 000 emplois

Le groupe pétrolier BP a annoncé ce 8 juin la suppression de 10.000 emplois, soit environ 15% de ses effectifs, en raison de la crise provoquée par la pandémie liée au nouveau coronavirus et de la volonté de son directeur général Bernard Looney de réorienter la "major" vers les énergies renouvelables.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le groupe pétrolier BP va supprimer 10 000 emplois
Le groupe pétrolier BP a annoncé lundi la suppression de 10.000 emplois, soit environ 15% de ses effectifs, en raison de la crise provoquée par la pandémie liée au nouveau coronavirus et de la volonté de son directeur général Bernard Looney de réorienter la "major" vers les énergies renouvelables. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

Lors d'une conférence téléphonique avec les salariés du groupe, Bernard Looney a annoncé que BP allait supprimer près de 10 000 de ses 70 100 postes actuels et que l'essentiel de ces suppressions d'emplois seraient effectives d'ici la fin de l'année. "Nous allons maintenant engager un processus qui verra près de 10.000 personnes quitter BP, la plupart d'ici la fin de l'année", a dit Bernard Looney. 2000 de ces postes sont basés au Royaume-Uni, a précisé un porte-parole.

Les postes supprimés seront essentiellement des postes de bureau, pas des fonctions opérationnelles, et concerneront surtout les cadres. BP entend aussi réaliser 2,5 milliards de dollars d'économies d'ici fin 2021 via la numérisation et l'intégration de ses activités.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Coupes dans les dépenses

BP avait déjà annoncé en avril une baisse de 25% de ses dépenses cette année en raison de l'effondrement de la demande de pétrole provoquée par les mesures de confinement des populations décidées à travers le monde pour freiner la propagation du nouveau coronavirus.

Au-delà de cette conjoncture, Bernard Looney, qui a pris ses fonctions en février, entend "réinventer" BP et rendre de l'agilité à cette compagnie britannique créée il y a 111 ans pour réussir son basculement vers les énergies à faibles émissions de carbone.

Le directeur général de 49 ans a ainsi annoncé le mois dernier un large renouvellement et une réduction de moitié de l'équipe de direction.

"L'idée a toujours été de faire de BP un groupe plus mince, plus réactif et moins carboné", a-t-il dit lundi.

Peu après son arrivée à la tête du groupe, il avait déjà annoncé une réorganisation de BP avec la création de 11 divisions entraînant la disparition de la structure traditionnelle dominée par l'activité de production de pétrole et de gaz et la division de raffinage, commercialisation et négoce.

Avec Reuters (Ron Bousso et Shadia Nasralla; version française Bertrand Boucey, édité par Nicolas Delame)

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS