Quotidien des Usines

Le groupe Limagrain annonce son plus gros chiffre d'affaires

, ,

Publié le

Le groupe coopératif Limagrain a présenté, lundi 1er décembre, ses résultats financiers. Ils sont bons, même si l e numéro un des semenciers en Europe  a souffert des fluctuations monétaires et de l'instabilité politique dans certaines zones géographiques.

Le groupe Limagrain annonce son plus gros chiffre d'affaires © Le savoir-faire en matière de sélection variétale du groupe semencier trouve des applications jusque dans la fabrication des pains de sa filiale Jacquet.

Un chiffre d'affaires record et le deuxième meilleur résultat net de son histoire pour l'exercice 2014. Limagrain avait au moins deux bonnes raisons de se réjouir lors de la présentation de son dernier exercice, au sein de son tout nouveau siège social, à Saint-Beauzire (Puy-de-Dôme), lundi 1er décembre. Son chiffre d'affaires (1,97 milliard d'euros, en hausse de 1,5%) est "historiquement le plus élevé de notre histoire", a souligné Jean-Yves Foucault, président de Limagrain. En revanche son résultat net (97 millions d'euros) est en recul par rapport à l'an dernier mais reste le deuxième plus élevé de l'histoire du groupe.

"Ce chiffre s'explique notamment par les fortes variations monétaires liées au taux de change des devises, a souligné Daniel Chéron, directeur général du groupe. L'impact sur nos résultats n'est pas négligeable. Il nous a fait perdre 20 millions d'euros sur nos résultats et 50 millions sur notre chiffre d'affaires. Nos résultat sont néanmoins une performance, accomplie dans un contexte général difficile."
Car en dehors des contraintes financières, Limagrain a dû également composer sur le plan géopolitique mondial, avec notamment le conflit entre l'Ukraine et la Russie, la guerre en Syrie, ou les élections houleuses au Venezuela, "qui ont rendu les marchés instables et nous compliquent tâche sur le terrain".

Doper l'international et la recherche

Dans le détail, le n°1 des semenciers en Europe continue de gagner des parts de marché en Europe et sur les autres continents, notamment dans les activités potagères qui augmentent fortement, renforçant le leadership du groupe au plan international. C'est d'ailleurs sur le plan international que mise Limagrain dans sa stratégie à moyen terme. Le groupe, qui réalise 64% de ses parts de marché en Europe, compte bien doper ses chiffres en Amérique, en Asie et surtout en Afrique. "Nous espérons augmenter notre chiffre d'affaires hors Europe très rapidement, pour arriver à 50-50 avec le reste du monde", a lancé Daniel Chéron.

Les ambitions du groupe passeront forcément par le développement de l'innovation et de la recherche, axe majeur de la stratégie Limagrain. 200 millions d'euros sont désormais consacrés à la recherche, soit 13,5% du chiffre d'affaires et 1800 des 8600 salariées sont embauchés dans le secteur recherche. "Les enjeux sont majeurs, assure Jean-Yves Foucault. Il va falloir nourrir 9 milliards d'habitants en 2050, avec moins de terre ! Cela passera forcément par l'innovation agronomique et les OGM !"

Le groupe a embauché 1350 personnes au cours de ses six dernières années, en France, dont la plupart en Auvergne autour de son siège social historique. "Le développement de Limagrain à l'international revient à créer des emplois locaux", s'est réjoui le directeur général du groupe. Une mondialisation vertueuse, en quelque sorte.

Geneviève Colonna d'Istria

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte