Le groupe Kindy placé en redressement judiciaire

Confronté à des difficultés de trésorerie et dans l'incapacité de trouver des nouveaux partenaires financiers, le groupe Kindy a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Beauvais. Cette décision intervient deux semaines après que le groupe ait été placé sous le régime de surveillance pour six mois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le groupe Kindy placé en redressement judiciaire
Le groupe Kindy est le leader français de la chaussette.

Moins de deux semaines après sa mise sous surveillance pour six mois, le groupe Kindy, leader français de la chaussette, vient d'être placé en redressement judiciaire, le 28 février, par le tribunal de commerce de Beauvais (Oise). "Cet électrochoc doit nous pousser à accélérer notre transformation", déclarait pourtant Nathalie Crouzet, la présidente du directoire de Kindy, le 15 février 2017, après l'ouverture de la procédure de sauvegarde du holding du groupe et sa filiale The Socks Office. Elle estimait que cela ne signait pas la fin de l'histoire de Kindy.

En novembre 2016, le fabricant, contraint par ses actionnaires, avait annoncé vouloir s'adosser à des partenaires pour se refinancer. Quatre mois plus tard, aucune des "marques d'intérêt", portées à l'entreprise n'ont pu aboutir, selon le groupe. "Nous disposons d'une période d'observation de six mois. Nous ne devons pas baisser les bras et devons mettre à profit ce délai pour trouver des partenaires", explique la présidente avant le placement en redressement judiciaire.

L'exercice 2015-2016 s'est avéré catastrophique. Le chiffre d'affaires du fabricant a reculé de plus de 16 %, à 32,3 millions d'euros. Et la situation ne semble pas s'améliorer, l'activité ayant encore baissé de - 6,6 % au cours de la première partie du nouvel exercice. Le groupe Kindy emploie environ 160 salariés en France, où il ne possède plus qu'un site, à Moliens (Oise).

Kindy est victime de la crise, conjuguée, de la concurrence du e-commerce et de la baisse des ventes textiles dans la grande distribution. Nathalie Crouzet en est persuadée : si l'entreprise parvient à redresser la barre, les ventes de chaussettes sur ce dernier canal de distribution, ne retrouveront pas leur niveau antérieur. Kindy mise donc sur des niches de marché, les réseaux de distribution spécialisés pour ses produits médicaux et techniques, ainsi que sur Internet. Le spécialiste historique de la chaussette va poursuivre la recherche d'investisseurs pour échapper à la liquidation.

Guillaume Roussange

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS