Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le groupe français ARaymond investit 55 millions d'euros dans sa nouvelle usine badoise

, ,

Publié le

Située à proximité immédiate du Rhin, la nouvelle usine du groupe français ARaymond à Weil-am-Rhein, dans le Land du Bade-Wurtemberg, a représenté 55 millions d’euros d’investissement. Le site badois qui emploie 350 salariés est dédié aux pièces en métal et ses objectifs sont une croissance de 4 à 6 % par an.

Le groupe français ARaymond investit 55 millions d'euros dans sa nouvelle usine badoise
Site ARaymond à Weil-am-Rhein, dans le Land du Bade-Wurtemberg.
© ARaymond

Le groupe français ARaymond a construit la plus grande usine de son réseau à Weil-am-Rhein dans le Land de Bade-Wurtemberg, à proximité de la frontière française. Le site de 43 000 m² et 350 salariés a nécessité 55 millions d’euros d’investissement, avec comme objectif une croissance annuelle de 4 à 6 % de sa production. Le groupe ARaymond se définit comme "l’un des leaders mondiaux des solutions de fixation et d’assemblage en plastique et métal pour l’industrie automobile allemande". Le site badois est entièrement dédié aux fixations métalliques.

Un management collaboratif

La nouvelle usine bénéficie de nouveautés en lien direct avec la production, comme un système d’élimination centralisée des déchets d’emboutissage. "Cela permet d’améliorer l’ergonomie des postes de travail, évitant la manipulation des chutes lourdes et coupantes. Le système de convoyage-aspiration transporte automatiquement les chutes jusqu’au point de valorisation", décrit Jürgen Trefzer, directeur général de ARaymond Gmbh & Co. L’ensemble des flux de matières premières, des pièces et des mouvements des salariés a été conçu à partir de la page blanche pour les optimiser et réduire toute pénibilité.

Autres nouveautés, la chaleur résiduelle des machines de production est récupérée et sert en hiver au chauffage du bâtiment. En journée, la citerne alimentant les sprinklers sert au refroidissement du bâtiment. La climatisation est enclenchée la nuit pour refroidir l’eau de la citerne. Cela permet à l’usine d’atteindre des niveaux de consommations énergétiques de 20 % inférieurs aux exigences allemandes.

L’usine fabrique exclusivement des attaches en métal sur des machines à emboutir et à cintrer. Les supports métalliques, écrous en tôle, clips airbag, etc., sortent du site, "le plus grand du groupe. Il répond à un besoin de modernisation", ajoute Antoine Raymond, le dirigeant, qui met en avant un esprit collaboratif fort basé sur la notion de réseau d’usines gérées par des entreprises autonomes fortes. ARaymond est également en phase de diversification et se développe sur le secteur de la santé, l’agro-alimentaire ou le photovoltaïque.

Le siège du groupe français est établi à Grenoble (Isère). Son chiffre d’affaires 2016 s’est élevé à 1,1 milliard d’euros, avec 6 200 salariés dans le monde, dont 1 700 en Allemagne. Les pièces sont vendues à des équipementiers de rang 1 ou directement aux constructeurs automobiles dans le monde entier.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle