Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le groupe Doux présente le 21 mai aux juges son plan de continuation

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/05/2013 À 12H27

Le volailler a rendez-vous mardi 21 mai au matin avec le tribunal de commerce de Quimper (Finistère), il va lui demander une prolongation de six mois de sa période de redressement judiciaire et vraisemblablement présenter le fonds financier français qui sera son principal actionnaire car la banque Barclay's souhaite se désengager. Selon le journal le Figaro, l'homme d'affaires Didier Calmels reprendrait les deux tiers du capital du groupe Doux.

Le groupe Doux présente le 21 mai aux juges son plan de continuation © Doux

La direction du groupe volailler Doux basé à Châteaulin (Finistère) présente mardi 21 mai aux juges consulaires du tribunal de commerce de Quimper (Finistère) son projet de plan de continuation tout en lui demandant une prolongation de six mois de sa période de redressement judiciaire. Sauf coup de théâtre de dernière minute, il devrait obtenir ce délai afin de boucler son plan de continuation sachant que les membres du comité central d'entreprise ont voté vendredi en faveur de cette prolongation.

Reste que le plan n'est plus du tout celui initialement annoncé. En effet, la banque Barclay's qui avait prévu de transformer en capital sa dette de 142 millions d'euros entend désormais se retirer totalement du dossier Doux. D'après les informations syndicales qui circulent, un fonds financier français dont le nom doit être communiqué ce matin aux juges consulaires, devrait racheter cette dette de Barclay's et la transformer en capital à hauteur de 65 % des actions. Dans cette configuration, BNP Paribas resterait actionnaire minoritaire et la famille Doux se maintiendrait environ à 15 %.

Les six prochains mois permettront à la direction de Doux et aux administrateurs judiciaires la mise en place des modalités de remboursement sur une décennie de sa dette de 340 millions d'euros y compris celle de Frangosul, sa filiale industrielle brésilienne.

Le groupe volaille finistérien emploie à ce jour à peine 2 400 salariés, il partage ses activités entre la vente de volailles congelées pour le grand export et les produits élaborés sous la marque Père Dodu.

D'après les informations communiquées par la direction générale, le groupe a retrouvé l'équilibre financier et a même procédé au recrutement de 400 salariés supplémentaires ces derniers mois afin de répondre à la hausse de ses marchés moyen-orientaux. Il a aussi entrepris un plan d'investissements, l'usine Père Dodu de Quimper bénéficie actuellement d'une enveloppe d'1,8 million d'euros pour augmenter ses capacités.

Selon le journal le Figaro daté du 21 mai, l'homme d'affaires Didier Calmels, actionnaire majoritaire de la société de holding Développement & Partenariat qu'il a fondée en 1992, reprendrait les deux tiers du capital du groupe Doux. Il rachèterait pour plusieurs dizaines de millions d'euros la créance de la banque Barclays.

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle