Le groupe Doux obtient un sursis de trois mois

Le volailler, qui réclamait une prolongation de sa période de redressement, a eu gain de cause auprès du tribunal de commerce de Quimper (Finistère). Le sort de l'abattoir de Pleucadeuc (Morbihan) n'est pas réglé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le groupe Doux obtient un sursis de trois mois

Les juges du tribunal de commerce de Quimper (Finistère) ont accordé au groupe Doux une prolongation de trois mois de sa période de redressement judiciaire, à compter du 28 février. Une audience d'étape se tiendra le 21 mai pour que les juges puissent connaître avec précision la situation financière du groupe de Chateaulin. Pour justifier sa décision, le tribunal de commerce de Quimper a fait état d'une amélioration de la trésorerie de l'entreprise d'abattage et de transformation de volailles.

Mais ce nouveau répit ne règle pas tous les problèmes. Le groupe Doux, qui compte encore 2380 salariés, souhaite céder son abattoir situé à Pleucadeuc (Morbihan), qui emploie 147 salariés. La reprise de ce site, qui est déficitaire depuis des mois, reste hypothétique. Le personnel craint sa fermeture et des licenciements.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Si le calendrier annoncé par la direction du groupe Doux est respecté, son plan de continuation sera bouclé fin avril-début mai. La sortie du redressement judiciaire aurait lieu l’été prochain. La banque Barclay's devrait transformer en capital ses 142 millions d'euros de créances.

Le total des dettes du groupe est évalué à 302 millions d'euros. Les autres entreprises créancières seront remboursées sur une période de dix ans à moins qu'elles n'acceptent un abandon partiel de leurs créances afin d'accélérer l'apurement des factures impayées.

En redressement judiciaire depuis juin 2012, le groupe Doux a déjà supprimé 1000 emplois à la suite de la liquidation de son pôle frais. Il a conservé ses activités produits élaborés et celles du grand export malgré la baisse des aides européennes (restitutions). Il touchera cette année de l'ordre de 25 millions d'euros d’argent communautaire.

Stanislas Du Guerny

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS